Vingt milliards de dollars, c’est ce que l’Indonésie, quatrième pays le plus peuplé du monde, devrait recevoir d’un groupe de pays riches et d’institutions internationales pour réduire sa dépendance au charbon.
L’annonce a été faite par la Maison Blanche en marge du sommet du G20 des grandes économies sur l’île indonésienne de Bali et en pleine COP27 à Charm el-Cheikh. Les pays participants sont les États-Unis, la France, le Canada et le Royaume-Uni.
Ce « partenariat pour une transition énergétique juste fait suite à un autre plan de 98 milliards de dollars au profit de l’Afrique du Sud, première puissance industrielle d’Afrique.

Grâce à cet accord, l’Indonésie, quatrième pays le plus peuplé du monde avec 300 millions d’habitants, pourra avancer de dix ans son objectif de neutralité carbone dans le secteur de l’énergie d’ici 2050. Le ministre indonésien des Finances Sri Mulyani Indrawati, présent au sommet de Bali, a qualifié cette étape d’extraordinaire et parle d’un signal fort dans le Pacifique et dans le monde.
Les financements obtenus sur trois à cinq ans sont partagés à parts égales entre public et privé, sous forme d’aides, de garanties d’emprunts ou d’investissements privés. Le principe de ce mécanisme a été lancé lundi lors d’une cérémonie à Bali. Dans le cadre de ce partenariat, l’Indonésie s’est également engagée à atteindre un niveau de 34 % d’énergie renouvelable d’ici 2030, soit le double de ce que le pays visait jusqu’à présent.

Elle a ajouté que des dizaines de millions d’Indonésiens sont menacés par des catastrophes naturelles en raison du changement climatique, en particulier ceux qui vivent dans des zones basses. Elle a dit espérer que son pays puisse ainsi “accélérer la transition vers les énergies renouvelables”, anticipant la fermeture des centrales à charbon tout en reconnaissant que ce n’était “pas facile”, notamment à cause des coûts. Et selon les données scientifiques, le pays pourrait perdre plus de 2 000 îlots d’ici 2030 en raison de la montée du niveau de la mer.

C’est la deuxième fois que ce mécanisme est mis en place. Après l’Afrique du Sud et l’Indonésie, d’autres pays sont candidats, comme le Sénégal, le Vietnam et l’Inde. Des discussions sont en cours à la COP27.

Billy Omeonga

Billy Omeonga hat einen Abschluss in Journalismus und kreativem Schreiben. Ich habe einen Bachelor of Science in Betriebswirtschaftslehre. Derzeit mache ich einen MBA an der University of the People in den Vereinigten Staaten von Amerika. Ich liebe Aktivitäten, bei denen es um Ideen und kritisches Denken geht. Ich habe eine Leidenschaft für die Natur und den Schutz der Umwelt. Ich glaube an den Schutz unseres Planeten und seiner natürlichen Ressourcen. Ich hasse unehrliche und pessimistische Menschen. Ehrlichkeit ist ein integraler Bestandteil meiner Weltanschauung und ein Wert, an den ich fest glaube. Ich spreche fließend Französisch und Englisch. In meiner Freizeit lese ich gerne und spiele Klavier. Außerdem missbillige ich die Unzuverlässigkeit. Ich bin ein zuverlässiger Mensch, also erwarte ich ein gewisses Maß an Zuverlässigkeit von denen, denen gegenüber ich zuverlässig bin.

Mehr Beiträge - Website - Twitter - Facebook - LinkedIn - YouTube

HINTERLASSEN SIE EINE ANTWORT

Bitte geben Sie Ihren Kommentar ein!
Bitte geben Sie hier Ihren Namen ein