La concentration de particules fines, avec des taux 25 fois supérieurs au maximum recommandé par l’OMS, explose depuis quelques jours à New Delhi et sa région, où l’on peut assister à la descente d’un nuage de particules grises. Cette pollution est constituée de ses ingrédients saisonniers toxiques : les rejets de millions de véhicules et d’industries, qui se dispersent moins vite à l’automne, et surtout, l’élément le plus visible et âcre, la fumée des feux agricoles du Pendjab voisin.
Pour pouvoir planter rapidement les semis d’hiver, les modestes paysans de cette région du nord, grenier à riz de l’Inde, brûlent les chaumes de la récolte d’été. Selon eux, une pratique moins chère et plus rapide consistant à fertiliser les champs avant de semer les cultures d’hiver.

Les conditions atmosphériques sont telles que la fumée des incendies de ferme souffle maintenant vers la capitale, alertant les agences pour qu’elles prennent des mesures localisées pour minimiser l’impact.
Le Central Pollution Control Board de l’Inde a déclaré que l’indice de qualité de l’air avait atteint 424, plus que suffisant pour le placer dans la catégorie “grave”. Des niveaux élevés de pollution ont stoppé la construction à Delhi et incité les gens à travailler à domicile.

https://eandt.theiet.org/content/articles/2021/06/air-pollution-and-land-temperature-in-india-both-reduced-during-covid-19-lockdown/

Les autorités de la région se battent depuis des années pour réduire l’utilisation de ces feux par les agriculteurs en fournissant des machines qui récoltent cette paille, mais cela a eu très peu d’impact jusqu’à présent.

L’Inde est confrontée à de graves problèmes environnementaux : sécheresses et pénuries d’eau récurrentes, pollution de l’air dans les grandes villes, montagnes de déchets entassés, rivières polluées…

Le gouvernement avait récemment annoncé son intention d’investir 600 millions de dollars sur trois ans pour assainir son air. New Delhi a prévu d’électrifier 80 % de son réseau de bus, de construire de nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques et d’augmenter sa production d’énergie solaire à 25 %.

Ce sont des décisions cruciales car la capitale indienne est considérée comme l’une des villes les plus polluées de la planète en raison de son trafic titanesque, de son industrie et des brûlis agricoles hivernaux qui asphyxient les habitants. L’an dernier, la ville avait même envisagé de confiner sa population en raison d’un pic de pollution extrême.

Selon une étude de l’Energy Policy Institute (EPIC) de l’Université de Chicago publiée cette année, New Delhi était la ville avec la plus forte concentration de particules fines au monde, atteignant 110 microgrammes par mètre cube.
Ces particules, responsables de maladies respiratoires et cardiovasculaires, seraient responsables de la mort de 1,6 million d’Indiens chaque année.

Un rapport du groupe de réflexion Observer Research Foundation a déclaré que parmi les principaux facteurs responsables de la toxicité de l’air tout au long de l’année figurent la pollution industrielle et les émissions des véhicules. Mais la pollution s’intensifie encore en raison des incendies de terres agricoles en octobre et novembre.

Billy Omeonga

Billy Omeonga hat einen Abschluss in Journalismus und kreativem Schreiben. Derzeit mache ich einen Bachelor of Business Administration an der University of the People in den Vereinigten Staaten von Amerika. Ich liebe Aktivitäten, bei denen es um Ideen und kritisches Denken geht. Ich begeistere mich für die Natur und den Schutz der Umwelt. Ich glaube an den Schutz unseres Planeten und seiner natürlichen Ressourcen. Ich hasse unehrliche und pessimistische Menschen. Ehrlichkeit ist ein integraler Bestandteil meiner Weltanschauung und ein Wert, an den ich fest glaube. Ich spreche fließend Französisch und Englisch. In meiner Freizeit lese ich gerne und spiele Klavier. Außerdem missbillige ich die Unzuverlässigkeit. Ich bin ein zuverlässiger Mensch, also erwarte ich ein gewisses Maß an Zuverlässigkeit von denen, denen gegenüber ich zuverlässig bin.

Mehr Beiträge - Website - Twitter - Facebook - LinkedIn - YouTube

HINTERLASSEN SIE EINE ANTWORT

Bitte geben Sie Ihren Kommentar ein!
Bitte geben Sie hier Ihren Namen ein