La justice a donc donné un an au gouvernement pour améliorer la qualité de l’air dans la province du Mpumalanga, qui est classée selon l’ONG Greenpeace comme la région où l’air est le plus pollué au monde avec des taux élevés de dioxyde d’azote.

L’Afrique du Sud, qui tire 80% de son électricité du charbon, dispose d’une douzaine de centrales électriques au charbon dans un périmètre d’environ 200 kilomètres, gérées principalement par Eskom, la compagnie nationale d’électricité au bord de la faillite, qui s’est implantée dans la région du Mpumalanga. Ces installations sont vieillissantes et très loin de répondre aux normes environnementales. Cela a valu à la région le label de l’endroit le plus pollué au monde.

L’exposition aux produits toxiques émis par les usines de charbon, comme le dioxyde de soufre, et les métaux lourds comme le mercure et les particules fines, a conduit à une “épidémie” de maladies telles que l’asthme, la bronchite, le cancer du poumon, et contribue également aux accidents vasculaires cérébraux et aux naissances prématurées. , selon les ONG.
Une étude présentée par des ONG a révélé que la pollution de l’air avait causé entre 305 et 650 décès précoces dans la région en 2016.

Centrale à charbon en Afrique du Sud. Credit: DW.


“Le charbon tue”, insiste Greenpeace, qui déplore qu’un tiers de la fumée dégagée par les usines survole ensuite les deux mégalopoles voisines, Johannesburg et Pretoria.
En 2012, le Département des affaires environnementales du gouvernement sud-africain a publié un plan de gestion de l’air pour la région, mais étonnamment, celui-ci n’a jamais été mis en œuvre.
Cependant, la décision du tribunal de Pretoria va cette fois obliger le gouvernement sud-africain à agir au plus vite.
Dans leur jugement, les fonctionnaires du tribunal ont conclu que la mauvaise qualité de l’air dans la région est une “violation du droit constitutionnel à un environnement qui ne nuit pas à la santé ou au bien-être”.

Pour un pays classé 14e parmi les pollueurs mondiaux, ce verdict est une victoire sans précédent pour les organisations environnementales.

«Il s’agit d’une décision révolutionnaire qui a été prise par la Haute Cour de Pretoria, elle concerne les niveaux très dangereux de pollution de l’air dans la région de Mpumalanga Highveld au nord de l’Afrique du Sud, et la Cour a déclaré que les niveaux très élevés de la pollution de l’air dans la région de Mpumalanga Highveld constitue une violation de l’article 24 du droit des résidents à un environnement qui ne nuit pas à leur santé et à leur bien-être. C’est la première fois en droit sud-africain, et plus précisément en droit constitutionnel, qu’une Haute Cour rend une ordonnance de cette nature », explique Timothy Lloyd, avocat au Center for Environmental Rights.

Une étude de la Banque mondiale montre que chaque année, près de 20 000 Sud-Africains meurent à cause de la pollution de l’air.

Billy Omeonga

Billy Omeonga se licenció en Periodismo y Escritura Creativa. Soy licenciado en Ciencias Empresariales. Actualmente estoy cursando un MBA en la Universidad del Pueblo de los Estados Unidos de América. Me encantan las actividades que implican ideas y pensamiento crítico. Me apasiona la naturaleza y la protección del medio ambiente. Creo en la protección de nuestro planeta y sus recursos naturales. Odio a las personas deshonestas y pesimistas. La honradez es parte integrante de mi visión del mundo y es un valor en el que creo firmemente. Hablo francés e inglés con fluidez. En mi tiempo libre, me gusta leer y tocar el piano. Además, desapruebo la falta de fiabilidad. Soy una persona de fiar, así que espero un cierto nivel de fiabilidad de aquellos con los que soy de fiar.

Más entradas - Página web - Twitter - Facebook - LinkedIn - YouTube

Dejar respuesta

Por favor, introduzca su comentario.
Introduzca aquí su nombre