Le changement climatique a multiplié par 80 la probabilité de pluies intenses, provoquant des inondations historiques au Nigeria, qui ont tué plus de 600 personnes ces derniers mois et dévasté l’agriculture dans le pays le plus peuplé d’Afrique, selon une étude de World Weather Attribution.

Plus de 1,4 million de déplacés et des centaines de milliers d’hectares de cultures ont été ravagés par ces inondations extraordinaires, qui ont également touché le Niger, le Tchad et les pays voisins, sur fond de crise alimentaire liée à la guerre en Ukraine.
Les niveaux de précipitations exceptionnels dans la région autour du lac Tchad depuis le début de la saison des pluies en juin seraient la principale cause de ce drame.

En détruisant les récoltes, ces inondations risquent d’aggraver la crise alimentaire qui touche ces régions appauvries, déjà aux prises avec les retombées de la guerre en Ukraine, qui a fait flamber les prix des engrais et des produits alimentaires.

« Les familles d’Afrique de l’Ouest sont déjà épuisées par les conflits, les retombées socio-économiques de la pandémie et la flambée des prix alimentaires. Ces inondations multiplient la misère et brisent le dos de chameau pour les communautés qui luttent déjà pour garder la tête hors de l’eau », a déclaré Chris Nikoi, directeur régional du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest.

Le PAM est sur le terrain pour aider les familles touchées par les inondations à se remettre sur pied, en fournissant un ensemble de réponses immédiates, tout en aidant à renforcer la résilience de la communauté aux chocs futurs et en ouvrant la voie à la sortie de cette situation catastrophique“, a déclaré M. Nikoi.

https://www.wfp.org/news/wfp-compliments-kenya-government-emergency-response-food-9000-families

L’aide alimentaire d’urgence du PAM est fournie sous forme de transferts alimentaires et monétaires pour aider les familles touchées à répondre à leurs besoins alimentaires et nutritionnels de base à un moment où les prix des denrées alimentaires montent en flèche, rendant déjà les repas de base hors de portée des familles vulnérables.

“C’est atroce, mais on ne peut rien faire, il faut juste être fort”, soupire un agriculteur nigérian depuis sa parcelle à la périphérie de la ville de Kano. Normalement, ses rizières produisent environ 200 sacs de riz. Cette saison « je ne suis pas sûr de pouvoir emporter un demi-sac », lance-t-il, agacé. “Des milliers de fermes ont été détruites”, a déclaré Manzo Ezekiel, porte-parole de l’Agence nigériane de gestion des crises.

Mais “le changement climatique causé par l’activité humaine a rendu cet événement environ 80 fois plus probable et environ 20% plus intense“, conclut la World Weather Attribution (WWA), auteur du rapport publié mercredi 16 novembre.

Dans la région du lac Tchad, les « précipitations supérieures à la moyenne » enregistrées cette année « ont désormais environ une chance sur dix de se produire chaque année ». En revanche, c’était extrêmement rare avant l’impact climatique de l’utilisation des combustibles fossiles, estime la WWA. Les scientifiques ont également examiné le pic de précipitations sur sept jours le long du bassin inférieur du fleuve Niger au Nigeria. Ils concluent que “le changement climatique a rendu l’événement environ deux fois plus probable et environ 5% plus intense”.
Au Niger, pays frontalier, les pluies ont fait déborder le fleuve du même nom. Les inondations ont tué 159 personnes et en ont touché plus de 225 000, selon les chiffres officiels. Cette saison des pluies est ainsi l’une des plus dévastatrices que le pays sahélien ait jamais connues.

Fuente: IPCC

Les chercheurs de WWA se sont également penchés sur la sécheresse au Sahel, qui a aggravé la crise alimentaire actuelle au Burkina Faso, au Tchad, au Mali, au Niger et au Nigeria. Cette pénurie “est intervenue après une saison des pluies erratique en 2021, qui a affecté la production agricole et réduit les stocks alimentaires des mois plus tard“, rappelle la WWA.

Ces conclusions ont été publiées juste après les discussions à la COP27 en Égypte. Les négociateurs de la conférence ont signé l’accord “pertes et dommages” pour transférer des fonds des pays riches, les plus gros pollueurs de la planète, vers les pays vulnérables qui souffrent maintenant des conséquences du changement climatique bien que ce ne soit pas leur faute.

Billy Omeonga

Billy Omeonga se licenció en Periodismo y Escritura Creativa. Soy licenciado en Ciencias Empresariales. Actualmente estoy cursando un MBA en la Universidad del Pueblo de los Estados Unidos de América. Me encantan las actividades que implican ideas y pensamiento crítico. Me apasiona la naturaleza y la protección del medio ambiente. Creo en la protección de nuestro planeta y sus recursos naturales. Odio a las personas deshonestas y pesimistas. La honradez es parte integrante de mi visión del mundo y es un valor en el que creo firmemente. Hablo francés e inglés con fluidez. En mi tiempo libre, me gusta leer y tocar el piano. Además, desapruebo la falta de fiabilidad. Soy una persona de fiar, así que espero un cierto nivel de fiabilidad de aquellos con los que soy de fiar.

Más entradas - Página web - Twitter - Facebook - LinkedIn - YouTube

Dejar respuesta

Por favor, introduzca su comentario.
Introduzca aquí su nombre