Global Green News a interviewé Margaret Elisabeth, co-présidente du Parti Vert des Etats-Unis, pour discuter des questions urgentes du droit à l'avortement. Après la fuite du projet de la Cour suprême visant à renverser la décision Roe vs Wade, le parti vert avait des opinions bien arrêtées sur les raisons de cette décision.

Margaret explique le point de vue des Verts américains, en montrant que la décision d'annuler l'arrêt Roe vs Wade repose à la fois sur un aspect social et sur un aspect institutionnel. Ils poursuivent en expliquant que cette décision menace également de nombreux autres droits à la vie privée.

Questions sociales

Les juges de la Cour suprême ne sont pas les seuls à vouloir restreindre le droit à l'avortement. Il existe une importante communauté "pro-vie" et opposée à l'avortement. Margaret explique que la principale raison en est la baisse du taux de natalité.

Les États-Unis comptent une forte communauté chrétienne, dont l'une des valeurs est la procréation. L'avortement est une menace directe pour cette valeur. Nulle part dans la Bible il n'est question d'avortement, c'est pourquoi la communauté religieuse a interprété l'avortement comme la suppression d'une vie humaine, même si le fœtus n'a pas de battement de cœur avant 6 ou 7 semaines. Comme beaucoup le savent, les 6th commandement de la bible stipule "Tu ne commettras pas de meurtre". La communauté chrétienne considère donc l'avortement comme un péché.

Questions institutionnelles

Les hommes politiques jouent également un rôle important en cette question. Alors que les démocrates se battent généralement pour le droit à l'avortement et que les républicains ne le font pas, les Verts affirment qu'aucun des deux groupes ne veut réellement faire quoi que ce soit à ce sujet. Les deux partis veulent que l'avortement reste un sujet controversé afin de continuer à l'utiliser pour obtenir des votes.

Cette situation est très problématique car elle donne l'impression que les hommes politiques qui dirigent les États-Unis ne se soucient pas vraiment des droits de leur population et ne veulent pas apporter de changement. Ils préfèrent utiliser les questions controversées comme levier pour obtenir davantage de votes.

"Ils utilisent ce sujet d'une manière très une façon très cynique de rallier leur base et d'obtenir une participation aux élections de mi-mandat afin d'occuper une position dominante dans la campagne présidentielle de 2024".

Margaret Elisabeth

La menace qui pèse sur tous les droits à la vie privée

Au moment de l'interview, le parti vert des États-Unis estimait que le fait que l'avortement ne puisse plus être protégé par le droit à la vie privée de la Constitution menaçait de nombreux autres droits interprétés de la même manière. Les juges de la Cour suprême ont tenté de minimiser le lien entre les droits à l'avortement et les autres droits à la vie privée, mais le parti vert soutient qu'ils sont tous deux intimement liés.

Tous les droits des personnes LGBTQI+ sont interprétés de la même manière, en vertu des lois constitutionnelles sur le droit à la vie privée et à la liberté individuelle. Cela inclut le mariage gay, les droits des transgenres et bien d'autres encore. Margaret soutient que si la Cour suprême décide que l'avortement n'est plus protégé par les lois sur la vie privée, qu'est-ce qui l'empêchera d'annuler tous les droits qui ont été interprétés de cette manière ?

Au moment de l'interview, les juges de la Cour suprême n'avaient pas encore pris de décision concernant l'affaire Roe vs Wade. Depuis lors, la Cour a décidé que le droit constitutionnel à l'avortement n'existait plus. Depuis lors, nous avons vu le monde s'unir pour lutter contre cette décision et défendre les droits des femmes.

Bien que nous puissions nous sentir impuissants, le Parti Vert exhorte la population à continuer à se battre pour faire entendre sa voix. Si la voix de la population est suffisamment forte, les politiciens devront l'écouter.

Catherine Harvey

Catherine est étudiante de premier cycle à l'Université Concordia, où elle poursuit un baccalauréat en sciences politiques avec une mineure en droit et société. Elle se concentre sur les relations internationales, la politique étrangère et les droits de l'homme. Elle se bat pour un avenir meilleur pour les personnes dans le besoin.

Plus d'articles

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici