Mercredi le 2 décembre marquera le début du 32e Conseil du Parti Vert Européen (PVE), qui se tiendra entièrement en ligne pendant 5 jours, du 2 au 6 décembre 2020. Co-organisé avec l’aide des Verts polonais (Partia Zieloni), le 32e Conseil du PVE discutera de la transition de l’Europe de la crise sanitaire et économique à une reprise verte résistante, et sera diffusé en ligne depuis Varsovie et Bruxelles.

Les Verts européens ont publié un programme détaillé présentant le programme principal ainsi que les sessions, les ateliers interactifs, les expositions et les orateurs qui seront présentés tout au long de cet événement ambitieux. Parmi les questions qui seront abordées au cours des cinq jours du Conseil figurent la lutte contre le recul de l’État de droit en Europe, l’importance d’une transition juste pour le Green Deal européen, le soutien au secteur culturel et l’avenir du travail dans l’économie post-Covid-19, et la poursuite du combat pour les droits de l’homme de tous les Européens.

Les préparatifs du prochain Conseil du PVE ont commencé fin octobre avec l’introduction technique des délégués au Conseil et se poursuivront jusqu’au 26 novembre pour la formation complémentaire des délégués. Alors que les premiers jours du Conseil seront réservés à diverses sessions d’amendement et aux réunions financières et statutaires pour les délégués et les membres des Partis verts uniquement, le samedi 5 décembre sera consacré à un programme ouvert du Conseil, au cours duquel chacun est invité à s’inscrire en tant que participant en ligne.

Les Verts européens encouragent tous les membres et délégués des Partis verts à marquer leurs calendriers et à se joindre au Conseil du Parti Vert Européen du 2 au 6 décembre, tout en demandant aux militants et amis des Verts de les rejoindre en ligne pour la Journée de conférence publique du 5 décembre, afin de « s’assurer que vous êtes pleinement engagés dans la poursuite de l’élan de la Vague verte sur la voie d’un avenir plus résistant, plus sain et plus juste ».

Après l’ouverture du Conseil le jour de la conférence publique (5 décembre), le Parti vert européen offrira aux participants en ligne la possibilité de rencontrer les Verts polonais. Le Parti vert polonais a été fondé en 2003 par une alliance de militants écologistes, féministes, LGBT et anti-guerre, et a longtemps été le parti politique le plus progressiste de Pologne. Les hôtes du 32e Conseil doivent se présenter et présenter leur histoire, leurs succès politiques et leurs gouvernements locaux. De plus, les Verts polonais discuteront de l’importance d’avoir une « aile jeunesse radicale » composée de jeunes locaux membres de la branche polonaise des organisations européennes des Jeunes Verts aux côtés du parti, et présenteront deux orateurs des Jeunes Verts polonais à l’audience en ligne.

Laura Kwoczała, militante, membre du conseil d’administration et porte-parole des Jeunes Verts polonais, membre de l’équipe éducative du Conseil consultatif de la grève des femmes polonaises, ambassadrice du Forum des jeunes LGBT+ et étudiante diplômée, devrait rejoindre les Verts polonais en tant qu’oratrice aux côtés de Wiktor Miazek, l’actuel président des Jeunes Verts polonais, et lycéen qui est également l’un des plus jeunes dirigeants des organisations européennes de Jeunes Verts.

Pour ceux qui ne pourront pas assister au programme complet, le Parti Vert européen a promis que les principales sessions plénières, y compris les panels, seront retransmises en direct sur leurs réseaux sociaux. De plus, des enregistrements des flux seront disponibles sur le site web des Verts européens après l’événement ainsi que sur leur chaîne Youtube.

Pour ceux qui souhaitent rejoindre le 32e Conseil du Parti Vert européen, l’inscription est désormais ouverte et peut être consultée via l’hyperlien. Le 32e Conseil du PVE devrait être un événement très dynamique, complet et accessible, unique en son genre, découlant de la « priorité absolue » des Verts européens de promouvoir l’inclusion et la participation, et de permettre à chacun, quel que soit le lieu, « de vivre une expérience complète et immersive du Conseil, sans avoir à quitter le confort et la sécurité de son domicile ».

Le 31e Conseil du PVE

Le 32e Conseil du Parti Vert européen sera le deuxième Conseil du PVE à se tenir en ligne cette année après le début de la pandémie mondiale de coronavirus. Comme ils l’ont dit eux-mêmes, dans ces circonstances uniques, les Verts européens prennent « toutes les mesures nécessaires » pour garantir que le programme du Parti puisse se poursuivre sans interruption tout en assurant « les plus hautes mesures de santé publique ». Le 31e Conseil des Verts s’est tenu pour la toute première fois en juin dernier sur Internet et a mis l’accent sur l’idée qu’un avenir résilient est incontestablement un avenir vert.

Afin de fournir « l’opportunité de continuer à développer des réponses qui fonctionnent », le 31e Conseil du PVE était centré sur l’idée que le moment est venu pour le mouvement vert de montrer la voie vers un avenir plus résilient et une Europe plus résiliente. Reconnaissant que la tâche qui attend le mouvement vert dans le monde entier est « monumentale », les Verts européens ont soutenu tout au long de leur 31e Conseil que 2020 « devait être un tournant pour l’action climatique » et que les Verts en Europe doivent rester « à la pointe » des efforts de relance pour continuer à concevoir des solutions qui répondent au besoin de reprise économique et d’action climatique à long terme.

Parmi les sujets qui ont été abordés lors du dernier Conseil des Verts, il y a eu un plan de relance économique équitable, juste et durable et des mesures pour panser les plaies du projet européen « par manque de solidarité pendant la crise ». La chaîne Youtube des Verts européens contient plusieurs brefs extraits des sessions parallèles tenues lors du Conseil de juin dernier, comme celui ci-dessous. Les sujets abordés vont des réponses locales aux conséquences de la crise du Covid-19 aux perspectives de genre sur le travail et l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes après le début de la pandémie.

Comme le reconnaissent les Verts européens eux-mêmes, « le Parti Vert européen et la famille des Verts dans son ensemble ne seront pas à court de batailles pour choisir », et le prochain Conseil du Parti promet d’en être le reflet.

Sources : https://europeangreens.eu/warsaw-online-2020; https://europeangreens.eu/onlinespring2020; https://europeangreens.eu/onlinespring2020/programme;

Natalia Ortiz Peñate

Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

More Posts

Previous articleJames Beddome réélu à la tête du Parti Vert du Manitoba
Next articleLe Parti écologique de l’Ouganda mène campagne pour les élections de 2021
Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here