Il y a un peu plus d’un mois, le gouvernement danois s’est engagé à mettre fin à toute future exploration pétrolière et gazière dans la mer du Nord dans le cadre d’un plan visant à éliminer progressivement l’extraction de combustibles fossiles d’ici 2050, devenant ainsi la deuxième nation européenne à mettre fin à l’exploration des combustibles fossiles et à prendre une avance considérable en matière de leadership climatique.

« LORSQUE LE CALENDRIER INDIQUERA 2050, LES VANNES DU PÉTROLE ET DU GAZ SERONT DÉFINITIVEMENT FERMÉES, CONFORMÉMENT À NOTRE ENGAGEMENT EN FAVEUR DE LA NEUTRALITÉ CLIMATIQUE STIPULÉ PAR LA LOI DANOISE SUR LE CLIMAT. NOUS ANNULERONS TOUS LES FUTURS CYCLES D’OCTROI DE LICENCES MARQUANT LA FIN DE L’EXPLORATION DES FOSSILES SUR INVITATION DE L’ÉTAT AU DANEMARK, AVEC EFFET IMMÉDIAT ».

– Le ministre danois du climat, de l’énergie et des services publics, Dan Jørgensen.

Dans la décision révolutionnaire du Parlement, il a été établi que tous les futurs cycles de prospection de pétrole et de gaz dans la mer du Nord seront annulés, et une date limite finale pour l’extraction des combustibles fossiles a été officiellement fixée à 2050.

« La grande majorité du Parlement danois a donné un nouveau cap vert au #MerduNord🌱⚡️
Tous les futurs cycles d’exploration du gaz naturel ont été annulés et une date limite pour l’extraction des combustibles fossiles a été fixée à 2050. »

Grâce à ce moment historique, le Danemark deviendra le plus grand producteur mondial à fixer une date finale d’arrêt de l’extraction des combustibles fossiles jusqu’à présent – une décision qui, selon The Guardian, devrait coûter au pays nordique un manque à gagner estimé à 13 milliards de couronnes danoises (1,6 milliard de livres sterling).

Cette décision d’État sans précédent vise à aider le Danemark, le plus grand pays producteur de pétrole de l’Union européenne, à atteindre son objectif de produire des émissions nettes zéro d’ici 2050, conformément à ses obligations au titre de l’accord de Paris sur le climat.

Dans un communiqué de presse, Helene Hagel, responsable de la politique climatique et environnementale à Greenpeace Danemark, a célébré la décision du Parlement danois comme « un moment décisif » et a applaudi les efforts de la nation pour s’affirmer comme un pionnier vert et inspirer d’autres pays à faire de même.

« LE DANEMARK EST UN PETIT PAYS, MAIS IL A LE POTENTIEL NÉCESSAIRE POUR FAIRE MIEUX QUE SON POIDS ET OUVRIR LA VOIE À LA NÉCESSAIRE TRANSITION VERS LES ÉNERGIES VERTES ET RENOUVELABLES. MAINTENANT, LE GOUVERNEMENT ET LES PARTIS POLITIQUES DOIVENT PASSER À L’ÉTAPE SUIVANTE ET PLANIFIER L’ÉLIMINATION PROGRESSIVE DE LA PRODUCTION DE PÉTROLE EXISTANTE DANS LA PARTIE DANOISE DE LA MER DU NORD D’ICI 2040 ».

– Helene Hagel, responsable de la politique climatique et environnementale de Greenpeace Danemark.

Les partis verts réagissent à la promesse du gouvernement

Comme prévu, la nouvelle de la fin imminente de l’exploration des combustibles fossiles au Danemark a été accueillie avec enthousiasme par les différentes forces politiques vertes du pays. Le Parti populaire socialiste danois (Socialistisk Folkeparti, SF), un parti de gauche moderne et vert fondé en 1959, a accueilli la nouvelle avec enthousiasme, en se servant des médias sociaux pour faire connaître à ses partisans la fin de la chasse au pétrole dans la mer du Nord.

De nombreux tweets ont fait référence au travail acharné de Signe Mund, rapporteur sur le climat et l’énergie pour le Parti socialiste populaire, qui, selon l’un des posts retweetés par SF, s’est battu « comme un fou » pour arrêter la chasse au pétrole dans la mer du Nord. SF détient actuellement 15 sièges au Parlement danois, 2 sièges au Parlement européen, 128 sièges dans les conseils municipaux et 14 dans les conseils régionaux.

« Terminer avec de nouveaux appels d’offres importants dans la mer du Nord. Un accord important et historique garantit que nous obtenons une date de fin de la production de pétrole et de gaz en mer du Nord. Bien combattu @signemunk – l’avenir est vert ! #dkpol #dkgreen »

L’éventail politique danois comprend au moins deux autres partis verts importants, à savoir le plus ancien, Alternativet (The Alternative), et les Verts indépendants (Frie Grønne) – le nouveau parti de gauche du Danemark. Selon son leader politique Sikandar Siddique, Frie Grønne a été créé en septembre dernier en tant que « projet de liberté » pour un Danemark vert et antiraciste qui s’adapte à tous.

Fondée par quatre anciens membres de l’Alternative suite à une scission au sein du parti, Frie Grønne a adopté une position responsable, consciente du climat et antiraciste qui cherche non seulement à parler en faveur de l’action climatique mais aussi à la mettre en œuvre, et qui s’efforce de débarrasser la société danoise de la discrimination et du racisme qui la touchent selon beaucoup.

Tout comme les Verts de la SF, Frie Grønne s’est également servi des médias sociaux pour partager la bonne nouvelle avec ses partisans, mais avec un scepticisme évident. Dans un post sur Facebook datant du 5 décembre, les plus jeunes Verts du spectre politique danois ont critiqué la décision du gouvernement comme un « bluff vert », soulignant que le Danemark continuera à chercher du pétrole pendant encore trois décennies – ce qui semble grossièrement incompatible avec la réalisation de la neutralité en CO2 en 2050.

De leur côté, les Verts alternatifs (Alternativet en danois) se sont fait entendre par le passé pour leur désapprobation des combustibles fossiles. En particulier dans leur manifeste d’idées « The Next Denmark », qui contient un récit visionnaire sur la liberté et la communauté ainsi que 38 idées pour « un Danemark à l’épreuve du temps ». Dans leur manifeste, Alternativet demande, entre autres choses, la cessation complète de l’utilisation des combustibles fossiles au Danemark d’ici 2035, pour laquelle le parti a déjà proposé des « mesures concrètes ».

Suite à la nouvelle de la décision parlementaire historique, les Verts Alternatifs se sont rendus sur Twitter pour réfléchir à la fin prévue de l’exploration danoise des combustibles fossiles en mer du Nord. Qualifiant la nouvelle de « victoire importante » dans un retweet, Alternativet a fait preuve d’une certaine retenue dans sa célébration de cette étape, faisant allusion dans un tweet séparé au fait que la lutte contre le changement climatique est loin d’être terminée.

« Juhuuuu. 8. L’appel d’offres est abandonné et une date de fin est fixée pour l’extraction de pétrole en mer du Nord en 2050. Une énorme victoire pour le climat, pour tous les activistes cool et pour @alternativet_ et @Enhedslisten qui ont lutté le plus longtemps et le plus obstinément pour cela. https : //m.energiwatch.dk »

À plusieurs reprises dans le passé, Alternativet avait demandé au gouvernement danois de cesser la quête de nouveaux combustibles fossiles et d’arrêter d’accorder des rabais fiscaux aux compagnies pétrolières et de lancer de nouveaux appels d’offres en mer du Nord. Le parti estime qu’il y a bien plus de combustibles fossiles dans les réserves déjà connues qu’il n’est pas justifié d’en brûler si on veut atteindre l’objectif de nous maintenir en dessous d’une augmentation de température de 2 degrés. Les nouvelles explorations pétrolières et gazières devant prendre fin en 2050, les préoccupations du parti se tournent vers la suppression progressive de la combustion des combustibles fossiles et le passage aux énergies renouvelables.

Natalia Ortiz Peñate

Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

More Posts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here