Yannick Jadot, candidat à la présidentielle pour Europe Ecologie les Verts (EELV), veut renationaliser Electricité de France (EDF), l’entreprise qui fournit l’énergie pour plus de 80 pour cent des français. Jadot propose de changer le statut d’EDF en établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). En ce moment, l’État contrôle plus de 80 pour cent de la capital d’EDF, mais l’achat de ce qui reste coûtera quand même très cher au gouvernement : selon Jadot, 5 à 6 milliards d’euros.

L’entreprise a été conçue comme EPIC en 1946, quand près de 1.700 groupes énergétiques ont été nationalisés par le gouvernement provisoire après la deuxième guerre mondiale. En 1999, l’union européenne a mis fin au monopole d’ EDF. En 2004, le gouvernement a vendu quinze pour cent de ses actions dans l’entreprise. 

Selon Jadot, EDF, si nationalisé, pourrait devenir “un outil stratégique puissant, cohérent, au service de la transition énergétique.” Il estime que le coût de nationalisation sera moins élevé que les indemnités payées aux actionnaires d’EDF quand il faut démissionner d’une centrale nucléaire. Le programme des écologistes inclut un plan pour “sortir du nucléaire et investir dans les énergies renouvelables.”

Le débat concernant l’énergie nucléaire a été relancé après que le centre nucléaire de Flamanville a annoncé plus de délais dans la construction d’un troisième réacteur en janvier 2022. Le réacteur est en chantier depuis 2007, et dont la mise en route était prévue pour 2012. Les coûts de construction ont déjà dépassé 20 milliards d’euros, bien plus que les 3,3 milliards prévus initialement. Yannick Jadot appelle cela un “fiasco absolu.”

Cette proposition pour renationaliser EDF est considérée comme “explosive” par certains. Jadot à récapitulé plusieurs éléments de son programme par Twitter ces derniers jours, y compris le propos de renationaliser EDF. Ses politiques incluent la nationalisation des autoroutes, et garder les universités gratuites, ce qui est menacé, selon lui, par Emmanuel Macron.

Ce programme a des points communs avec celui de Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle pour La France Insoumise. Ce dernier favorise la nationalisation des transports dans son programme pour faire face à la crise climatique, et espère “sortir du nucléaire.” Dans les sondages, Jadot n’est à présent pas au niveau de Mélenchon, à 6 pour cent des voix du premier tour. L’élection à la présidentielle est en avril 2022.

Gabriel Blanc

Gabriel Blanc ist Student der Geschichte und Umweltstudien an der Brown University in Toronto, Ontario. Seine Interessengebiete sind die Wahlpolitik und der Kampf gegen den Klimawandel.

Mehr Beiträge

HINTERLASSEN SIE EINE ANTWORT

Bitte geben Sie Ihren Kommentar ein!
Bitte geben Sie hier Ihren Namen ein