Dans une allocution à la presse, le Parti du Mouvement des Verts unis du Kenya appelle l’Assemblée nationale à user de ses pouvoirs en vertu de la Loi sur les instruments statutaires pour révoquer le règlement qui favorise l’augmentation de la dette publique à 9 000 milliards de Kshs.

M. Augustino Neto, qui est l’un des fondateurs de ce parti écologiste, a indiqué que « la Loi sur les textes réglementaires stipule qu’un règlement doit être pris en vertu d’un article de la loi habilitante. Et le Trésor national devrait s’assurer que le niveau de la L’endettement ne dépasse pas le niveau fixé annuellement dans la stratégie nationale à moyen terme de gestion de la dette de l’Etat soumise au Parlement. »

Pour ce faire, le Parti du Mouvement des Verts unis souhaite que le Règlement sur la gestion des finances publiques de 2019 qui fixe la dette nationale à 9 000 milliards de Ksh soit immédiatement abrogé. Il estimait que le Parlement devait d’abord et avant tout promulguer la législation prévue à l’article 211 de la Constitution, pour guider les problèmes de dette publique afin d’éviter qu’elle ne soit laissée à la merci ou aux caprices du secrétaire du Cabinet au Trésor ou aux règlements de toute autre loi.

Le gouverneur de la Banque centrale du Kenya (CBK), Patrick Njoroge, a pour sa part rassuré mercredi dernier la commission des finances et du budget du Sénat que le taux de déficit budgétaire du Kenya pourrait être plus bas après l’augmentation du PIB. .

Dans un article publié le 15 septembre 2021, le site Citizen Digital rapportait que selon de nouvelles données de la Banque centrale du Kenya (CBK), le ratio dette/PIB du Kenya s’élevait à 67,5% à la fin du mois de juin 2021, contre 69 % avant le rebasage du PIB.

Le fondateur du mouvement vert uni reste inflexible. Il exige qu’une commission compétente du Parlement puisse se saisir de ce dossier afin d’auditer toutes les dettes publiques contractées ces dernières années afin de faire officiellement connaître au public quelles dettes contractées étaient valables et lesquelles sont odieuses.

Augustino Neto proteste contre le relèvement du plafond de la dette, et considère que cette décision repose sur une mauvaise interprétation de la loi.

 » Parce que si la clause correcte de la loi avait été utilisée, il n’aurait pas été possible d’augmenter le plafond de la dette à 9 milliards de Kshs, car cela aurait contrevenu aux dispositions du Plan annuel à moyen terme. Le secrétaire du Cabinet aurait plutôt pris le règlement conformément à l’article 205 de la Loi sur la gestion des finances publiques, qui est la disposition qui traite de l’élaboration de règlements pour diverses questions. La dette publique est un aspect si important des finances publiques du Kenya qu’il ne peut pas s’agir d’un problème divers, et même s’il l’était, il existe dans ladite loi une disposition spécifique qui indique les modalités d’une régulation de la dette publique.
Deuxièmement, la commission parlementaire est allée à l’encontre de l’avis du bureau du budget du Parlement, qui indiquait qu’augmenter le plafond de la dette à 9 000 milliards de Ksh équivaudrait à une indiscipline budgétaire. « 

– Augustino Neto

Le Kenya est maintenant passé à un plafond d’endettement nominal de 9 000 milliards de Ksh. Selon les estimations du Trésor Public, ce seuil devrait normalement être dépassé au cours de l’exercice 2022/2023.

Le Mouvement des Verts Unis, qui est un parti qui vise à apporter des changements dans l’arène politique grâce à des principes et des valeurs enracinés qui incluent la démocratie populaire, la sagesse écologique, la justice sociale et l’égalité des chances, l’économie communautaire, la non-violence, le féminisme et respect de la diversité, attend que le parlement tienne compte de ses recommandations formulées lors de cette conférence de presse.

Billy Omeonga

Billy Omeonga est diplômé en journalisme et en écriture créative. Il poursuit actuellement un baccalauréat en administration des affaires à l'Université du peuple aux États-Unis d'Amérique. Billy Omeonga est passionné par la nature et la protection de l'environnement. Billy Omeonga est une personne curieuse et ouverte qui aime rencontrer et communiquer avec des personnes de cultures et d'origines linguistiques différentes. Il s'intéresse aux grandes conversations et aime apprendre de nouvelles choses chaque jour. Il est originaire de la République Démocratique du Congo. Il parle couramment le français et l'anglais. Mais sa langue maternelle est le français. Ses hobbies : Billy est un amoureux de la nature. Il passe ses loisirs à écrire et à contempler les animaux sauvages au zoo ou à la télévision.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInYouTube

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here