Quelques semaines après avoir officiellement mis fin à la période de transition de sa sécession de l’Union européenne, le Royaume-Uni se trouve dans une phase où il doit décider quelles réglementations de l’UE il souhaite préserver ou annuler. L’une des plus récentes, et peut-être la plus dommageable pour l’environnement, est la réintroduction des pesticides pour les cultures connus sous le nom de néonicotinoïdes, un type d’insecticide mortel qui a contribué à faire chuter la population d’abeilles et d’autres pollinisateurs en Europe à un rythme alarmant.

Global Green News a mené une interview avec la Baronne Natalie Bennett, ancienne chef du Parti Vert d’Angleterre et du Pays de Galles, et membre actuel de la Chambre des Lords, pour discuter des problèmes que posent ces pesticides et de la manière de les combattre.

Natalie Bennett a dirigé les Verts de 2012 à 2016

Les néonicotinoïdes : Leur usage au Royaume-Uni

Les pesticides néonicotinoïdes sont un type d’insecticides neuro-actifs dont l’utilisation sur les cultures a été largement liée au déclin des populations d’abeilles, contribuant à la mort et à de graves dommages neurologiques chez les insectes.

En 2013, l’Union européenne a restreint l’utilisation des néonicotinoïdes sur les cultures, et en 2018, l’UE avait interdit trois volets principaux du pesticide : la clothianidine, l’imidaclopride et le thiamethoxam.

À l’époque, le Royaume-Uni, alors État membre de l’UE, a reconnu l’interdiction. Les précédents secrétaires d’État à l’environnement, à l’alimentation et aux affaires rurales (DEFRA), Michael Gove et Theresa Villiers, ont publiquement déclaré leur soutien à cette décision, exprimant la nécessité de protéger et de maintenir des populations d’abeilles saines au Royaume-Uni.

Cependant, au 1er janvier 2021, la période de transition de Brexit a officiellement pris fin, ce qui signifie que le Royaume-Uni se trouve maintenant dans une situation où il doit déterminer quelles lois et réglementations européennes il souhaite maintenir, et lesquelles il souhaite supprimer.

Une recrudescence du « virus jaune de la betterave » au cours de l’année dernière a gravement entravé la production des producteurs de betteraves sucrières du Royaume-Uni. Les pressions exercées par la National Farmers Union sur le gouvernement ont conduit l’actuel secrétaire du DEFRA, George Eustice, à autoriser l’utilisation du pesticide néonicotinoïde mortel sur les cultures de betteraves sucrières afin d’éviter une augmentation similaire des cultures malades.

Les néonicotinoïdes : Effets sur l’environnement

La réintroduction de néonicotinoïdes dans les cultures présente une myriade de risques pour l’environnement en général. Le pesticide ne tue pas immédiatement les abeilles une fois consommé, mais les dommages neurologiques sont durables, ce qui conduit finalement à la disparition de l’insecte.

« Moins de 2 semaines après Brexit et le gouvernement montre déjà à quoi ressemblera la déréglementation : autoriser l’utilisation d’un pesticide mortel. Les néonicotinoïdes sont interdits dans l’UE pour une raison : ils tuent les abeilles. Veuillez signer la pétition pour mettre fin à leur utilisation » – Caroline Lucas, Membre du Parlement

Natalie Bennett a expliqué : « Les néonicotinoïdes causent d’énormes dégâts aux abeilles et aux autres pollinisateurs… Des recherches intéressantes ont montré que l’une des façons dont ils causent des dégâts est qu’ils perturbent les habitudes de sommeil des abeilles ».

En perturbant leurs habitudes de sommeil, on a constaté que les abeilles perdent leur capacité de mémoire, ainsi que leur capacité à comprendre quand et où trouver de la nourriture, et quand se reposer.

Le Dr Kiah Tasman, de l’école de physiologie, de pharmacologie et de neuroscience de l’université de Bristol, a déclaré à propos d’une étude menée : « Si un insecte était exposé à une quantité similaire à celle qu’il pourrait subir dans une ferme où le pesticide a été appliqué, il dormirait moins, et ses rythmes comportementaux quotidiens seraient désynchronisés par rapport au cycle normal de 24 heures du jour et de la nuit ».

Mme Bennett a poursuivi en disant : « Ce que nous avons fait, c’est essentiellement détruire ces systèmes avec des néonicotinoïdes… nous avons besoin d’une approche agroécologique de type permaculture, qui fonctionne avec la nature au lieu d’essayer de l’écraser sur la tête ».

En réponse à une question sur le DEFRA, qui a déclaré que la betterave sucrière étant une culture non fleurie, les dommages causés aux abeilles et aux pollinisateurs seraient minimes, Mme Bennett a répondu que « c’est une absurdité scientifique du genre de celle que nous attendons de notre gouvernement… chaque nouvelle preuve que nous obtenons sur les noenicitinoides montre l’ampleur des dommages qu’ils causent ».

Les populations d’abeilles dans le monde entier connaissent actuellement une crise, car le réchauffement des températures et l’utilisation accrue de pesticides au cours des dernières décennies ont entraîné une baisse considérable de leurs populations. Des populations d’abeilles et de pollinisateurs en bonne santé sont nécessaires pour préserver l’environnement mondial, 75 % des cultures mondiales dépendant de la pollinisation par ces insectes.

Cependant, les effets de ces pesticides ne se limitent pas aux populations d’insectes. Situés au bas de la chaîne alimentaire, ces insectes sont largement utilisés par diverses espèces animales. Bennett a déclaré que l’impact sur les insectes aura « d’énormes répercussions sur la vie des poissons, et d’énormes répercussions sur la vie des oiseaux ».

La nécessité d’une restructuration de l’agriculture

Mme Bennett affirme que les discussions se sont multipliées et que la nécessité de restructurer le système alimentaire au Royaume-Uni a été comprise.

Il existe actuellement de petites zones dans tout le pays, où les agriculteurs ont pu adopter des approches plus agroécologiques de leurs systèmes de production. Ces approches comprennent la culture d’une diversité de plantes, l’utilisation de sols adaptés aux besoins de chaque espèce de plante et la fin du modèle monoculturel consistant à faire pousser une seule plante sur la vaste étendue de la terre, ce qui rend l’ensemble du rendement plus vulnérable aux maladies.

La ferme biologique de Wakelyns (photo) dans le Suffolk, au Royaume-Uni, selon Bennett, « produit une grande diversité de cultures et est très utile pour la faune ». Image via @wakelyns

Malheureusement, explique Mme Bennett, cette forme d’agriculture n’est pas aussi courante qu’elle devrait l’être en raison de motifs extérieurs.

Mme Bennett a clairement indiqué que les agriculteurs individuels ne sont pas à blâmer : « Nous savons que nous avons un système agroalimentaire qui exerce une pression énorme sur les agriculteurs en raison du coût des terres, du fait que les gens ont des contrats de location courts qui limitent les investissements et les expériences qu’ils peuvent faire, et qu’ils ont des supermarchés et des multinationales qui ne leur paient pas un prix adéquat pour leurs récoltes ».

« BEAUCOUP D’AGRICULTEURS VEULENT FAIRE LES CHOSES DIFFÉREMMENT, MAIS ILS NE SONT PAS DANS UN SYSTÈME ÉCONOMIQUE QUI LEUR PERMET »

Baronne Natalie Bennett of Manor Castle, membre de la Chambre des Lords, Parti Vert d’Angleterre et du Pays de Galles

Cette idée de restructuration agricole semble susciter un espoir croissant au Royaume-Uni, comme en témoigne la conférence agricole annuelle qui se tient à Oxford en janvier de chaque année.

Mme Bennett explique : « Chaque année, en janvier, à Oxford, il y a deux conférences sur l’agriculture. L’une s’appelle la Oxford Farming Conference, qui est la traditionnelle National Farmers Union, [la] principale… et il y a la Oxford Real Farming Conference, qui est essentiellement notre peuple ; les gens qui font de l’agroécologie, les gens qui se soucient vraiment de leurs sols ».

Image via @oxfordrealfarmingconf

Ce qui est vraiment intéressant, c’est que de plus en plus de gens viennent du courant dominant et ont appris des choses du courant « alternatif ». Vous pouvez maintenant entendre les agriculteurs traditionnels parler de la nécessité de protéger les systèmes naturels de leurs sols. Il y a un énorme changement qui se produit ».

Outre les agriculteurs, Mme Bennett estime que le public se tourne de plus en plus vers la protection de l’environnement, comme en témoigne une pétition circulant en ligne avec près de 250 000 signatures, demandant l’interdiction des pesticides à base de néonicotinoïdes.

Le parti des Verts d’Angleterre et du Pays de Galles continuera à travailler à l’éducation des citoyens sur les dommages causés par ces pesticides, ainsi que sur les avantages d’une approche plus proche de la permaculture.

Mme Bennett termine en disant : « Notre travail consiste à montrer que les choses peuvent et doivent être faites différemment, et à montrer que c’est l’une de ces choses qui changeront la vie des gens ».

Joshua Allan

Joshua Allan est originaire de Beamsville, en Ontario, et a obtenu son diplôme de l'université Bishop's en juin 2020, après avoir étudié les langues étrangères et la politique. Son activité politique au sein de sa communauté comprend la défense des droits environnementaux lors de la marche des Vendredis du Futur à Sherbrooke, QC, en octobre 2019. Il s'intéresse notamment à la politique canadienne et internationale, à la politique environnementale et aux droits des autochtones.

More Posts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here