Les libéraux fédéraux ont célébré une modeste victoire lundi soir après que les candidats Marci Ien et Ya’ara Saks aient volé la vedette lors des élections partielles fédérales célébrées dans Toronto Centre et York Centre il y a quelques jours à peine.

La candidate du Parti libéral Marci Ien a remporté la compétition électorale pour un siège dans la circonscription de Toronto Centre en Ontario avec 42 pour cent des voix, face à la chef du Parti Vert et candidate Annamie Paul, qui a obtenu 32,7 pour cent des voix, et suivie par le candidat du NPD Brian Chang, qui s’est classé troisième avec 17 pour cent des voix.

Comme l’a expliqué Andrew McDougall, professeur adjoint de sciences politiques à l’Université de Toronto pour CBC News, les élections partielles peuvent souvent être interprétées comme une sorte de référendum pour le gouvernement actuel, ce qui ferait des victoires des deux femmes libérales un assez bon signe pour le gouvernement Trudeau.

Pourtant, la course électorale de Toronto-Centre a été assez serrée compte tenu de la nette diminution de la part des voix obtenues par la candidate libérale Marci Ien dans une circonscription qui est communément considérée comme un bastion libéral.

Les libéraux occupent un siège dans la circonscription en question depuis 1993 et ont obtenu plus de 50 % des voix lors des élections de l’automne dernier, ce qui confirme en quelque sorte l’idée que Toronto Centre constitue le siège le plus sûr des libéraux dans le pays. Mais les choses sont en train de changer.

Bien qu’Annamie Paul soit arrivée deuxième dans la course pour un siège dans sa circonscription natale, la performance du nouveau chef du Parti Vert dans cette élection partielle se distingue comme une amélioration remarquable par rapport à l’élection de l’automne dernier : elle est passée d’à peine 7 % des voix l’année dernière à 32,7 % lundi soir.

La défaite de lundi est la deuxième pour Paul, qui s’est présenté pour le même siège lors de l’élection partielle fédérale de 2019, perdant contre l’ancien ministre des finances Bill Morneau. Dans sa tentative d’entrer à la Chambre des communes, Paul espérait obtenir un siège dans la circonscription où elle a grandi.

La campagne électorale de Paul s’est appuyée sur un appel au changement. Comme l’explique elle-même, Toronto Centre « a des besoins urgents depuis de nombreuses années, dont aucun n’a été correctement pris en compte par les anciens députés libéraux ». En effet, Toronto Centre est considéré par beaucoup comme l’une des circonscriptions les plus négligées de tout le pays. « C’est pourquoi elle est devenue l’un des points chauds pour les cas de COVID-19 en Ontario; c’est pourquoi elle est le centre de l’épidémie d’opiacés; c’est pourquoi, dans toute la circonscription, il y a un nombre record de sans-abri et un manque de logements abordables », s’est attardée Paul dans sa campagne.

Après sa défaite, la chef du Parti vert fédéral s’est rendue sur Twitter pour féliciter la candidate libérale gagnante, Marci Ien, tout en profitant de l’occasion pour promettre le soutien des Verts aux efforts de Mme Ien pour aider les résidents de la circonscription de Toronto, et pour remercier les bénévoles et les partisans qui ont aidé les Verts canadiens à obtenir un résultat historique.

Les élections partielles d’octobre ont été marquées par des directives strictes mises en œuvre pour assurer la sécurité des électeurs et ont constitué les premiers événements électoraux fédéraux à se dérouler dans les circonstances de la pandémie de Covid19.

Paul a rendu public le fait qu’elle et son parti discuteront de la prochaine élection, affirmant que les décisions n’ont pas encore été prises et qu’ils examineront chaque circonscription dans l’espoir de déterminer exactement où se situe l’opportunité de gagner un siège à la Chambre des communes.

Natalia Ortiz Peñate

Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

More Posts

Previous articleRetour sur les députés du Parti Vert de la C.B. lors des élections provinciales
Next articleLes Verts polonais condamnent la décision anti-avortement et réagissent à la rétrogradation du président Duda au milieu des protestations
Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here