Une marée noire et une pollution au gaz ravagent actuellement la région du delta du Niger au sud du Nigeria. La flore et la faune de cette région, souffrant d’un environnement dégradé depuis plusieurs décennies, sont polluées par plus ou moins « deux millions de barils de pétrole brut qui auraient été déversés dans la rivière Santa Barbara par la compagnie pétrolière Aiteo », a indiqué le porte-parole du gouverneur de l’Etat de Bayelsa, cité par RFI.

L’un des responsables d’Aiteo a contesté le chiffre de deux millions de barils. Selon lui, «  la mention de deux millions de barils de pétrole s’échappant du puits est trompeuse. Deux millions de barils, c’est environ deux supertankers. Le pétrole se serait alors répandu dans tout le pays. La réserve du puits lui-même est loin d’être deux millions de barils ».
Or, une importante marée noire de pétrole brut avait été signalée à Nembe, dans l’Etat producteur de Bayelsa par la compagnie pétrolière nigériane Aiteo depuis le 5 novembre. Il a fallu plusieurs jours à cette compagnie, considérée comme l’une des plus grandes compagnies pétrolières privées du Nigeria, pour stopper cette fuite.

Les autorités de la société civile ont exprimé leur inquiétude face à cette situation. Plus de 40 communautés ont déjà été touchées par la marée, a déclaré une source citée par les médias locaux Vanguard.
Il est vrai que les marées noires dans le delta du Niger sont devenues au fil des années un problème de santé publique au Nigeria.
Plusieurs dégâts dévastateurs sont enregistrés chaque jour par cette pollution. Il y a une dégradation de la riche biodiversité de la région. L’industrie pétrolière peu respectueuse de l’environnement a pollué l’eau et rendu la pêche et l’agriculture impossibles. La vie aquatique est détruite. Les communautés locales ont perdu des terres agricoles. Ils se sentent impuissants face à la toute-puissance de la compagnie pétrolière nigériane AITEO, présumée responsable de la marée noire.

En janvier 2021, la filiale nigériane de Royal Dutch Shell a été condamnée par la Cour d’appel de La Haye à indemniser les agriculteurs nigérians pour les dommages causés par les marées noires qui ont causé la mort, la maladie et la destruction. La Cour a également constaté que la multinationale néerlandaise, Royal Dutch Shell, avait manqué à son devoir de diligence en ne réagissant pas suffisamment après les fuites.

Lors de la COP 26, le président nigérian Muhammadu Buhari a annoncé que son pays s’était engagé à éliminer la pollution d’ici 2060. Un objectif qui, selon le gouvernement, nécessite un financement pouvant atteindre 400 milliards de dollars.

Mais, jusqu’à présent, rien n’a été fait, malgré les multiples annonces des autorités.

Billy Omeonga

Billy Omeonga est diplômé en journalisme et en écriture créative. Il poursuit actuellement ses etudes de licence en Gestion des Entreprises à University of the People aux États-Unis d'Amérique. Billy Omeonga est passionné par la nature et la protection de l'environnement. Il aime lire et écrire. Il parle couramment le français et l'anglais. Il passe ses loisirs à écrire et à apprendre des autres.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInYouTube

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here