Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre), le Partido Alianza Verde (Parti de l’alliance verte en français) de Colombie s’est engagé à respecter le nouveau pacte du parti pour la prévention et la répression de la violence sexiste. (https://www.alianzaverde.org.co/mujeres-verdes/pacto-verde-por-las-mujeres)

Bien que le pacte n’ait seulement été signé que par la commission du parti sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes le 25 novembre, un événement officiel a été prévu le 10 décembre pour que le pacte soit signé par le parti en tant que collectif. Le Partido Alianza Verde colombien a voulu faire de cet acte symbolique un honneur à la campagne internationale « 16 jours d’activisme contre la violence sexiste », à laquelle les Verts colombiens ont fièrement participé cette année.

La campagne « 16 jours d’activisme contre la violence sexiste » est une campagne internationale née il y a près de trois décennies sous la direction d’activistes féministes pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles. Chaque année, le 25 novembre marque le début de cette campagne internationale annuelle, qui est célébrée dans le monde entier du 25 novembre (Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes) au 10 décembre (Journée mondiale des droits de l’homme). Les dates de la campagne ont été conçues pour souligner la dure réalité que la violence sexiste constitue la violation des droits de l’homme la plus répandue dans le monde.

En signant le nouveau pacte vert pour les femmes du Parti, le Partido Alianza Verde s’engage à construire un collectif de protocoles pour la prévention et la réponse à la violence sexiste à travers toutes les lignes du Parti, ainsi qu’à faire de l’égalité des sexes « un principe directeur, transversal et prioritaire dans toutes les actions, initiatives et décisions qui découlent du Parti de l’Alliance verte ». (https://www.alianzaverde.org.co/mujeres-verdes/pacto-verde-por-las-mujeres)

En outre, le parti s’engage également à dénoncer et à rapporter les actes de violence sexiste devant les autorités compétentes, et promet de promouvoir le leadership des femmes pour la participation politique et la représentation au pouvoir.

Le nouveau pacte vert de l’Alianza Verde pour les femmes, expliqué par les membres du parti.

Le nouveau pacte vert pour les femmes de l’Alianza Verde représente un engagement politique de la part des Verts colombiens en faveur de la formulation et de la mise en œuvre de mesures qui permettront de prévenir, d’attirer l’attention et de sanctionner la violence politique à l’égard des femmes. La Commission nationale pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes – qui est composée de femmes féministes et de militantes des droits des femmes – travaille depuis sa création à promouvoir l’agenda des droits des femmes et à rechercher l’égalité des chances et la non-discrimination à tous les niveaux du parti Alianza Verde.

La Commission pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes du parti a pour objectif général de promouvoir l’égalité des droits, des chances et des intérêts stratégiques des femmes, en favorisant un processus d’autonomie, d’autonomisation politique – individuelle et collective – et de représentation égale dans le processus décisionnel du parti, sans discrimination fondée sur l’identité de genre, l’orientation sexuelle, l’ethnicité, l’âge, la race et le territoire (https://www.alianzaverde.org.co/lideres-verdes/mujeres).

De cet objectif général découlent différents modes de fonctionnement destinés à favoriser la réalisation de l’égalité des droits, le plus important étant le maintien de mécanismes de dialogue, de conseil, d’accompagnement, de soutien et de communication périodique avec les anciens candidats, élus et autres collègues et la création d’alliances stratégiques avec d’autres organisations de femmes, mouvements politiques de défense des droits des femmes et des intérêts stratégiques dans tout le pays.

Le Partido Alianza Verde de Colombie, membre des Verts mondiaux depuis 2010, mène ainsi des actions concrètes en faveur d’une vie sans violence pour les femmes et les filles, démontrant ainsi son engagement en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes et ouvrant la voie à une Colombie meilleure.

Autres nouvelles concernant Alianza Verde

Ces derniers temps, l’Alianza Verde s’est vantée de nombreuses #FiertéVerte concernant les grandes réalisations des Verts colombiens. La dernière réalisation du parti s’est faite au début du mois, lorsque trois différents dirigeants du Partido Alianza Verde ont reçu le prix « Construire des rêves » pour leur contribution à la promotion d’un accès complet aux services de soins et de protection pour les enfants, les adolescents et les familles dans toute la Colombie, selon une approche fondée sur les droits et l’équité (https://www.alianzaverde.org.co/noticias/orgullo-verde-por-la-premiacion-de-nuestros-alcaldes-y-gobernador).

La Fondation Colombia Líder, soutenue par la Konrad Adenauer Stiftung et le groupe Seguros Bolívar, a décerné le prix « Construyendo Sueños niñez, adolescencia y familia en los planes de desarrollo 2020 – 2023 » à trois élus verts de l’Alianza Verde dans différentes catégories. D’ailleurs, l’une des trois lauréates du prix « Construire des rêves » est une femme très influente au sein de l’Alianza Verde et de la Colombie en général : Mme Claudia López, maire de Bogota.

Le mois dernier, Mme Claudia López a notamment été reconnue par la BBC et The Economist pour son travail remarquable cette année, en particulier en ce qui concerne sa gestion de l’urgence sanitaire prolongée qui a été générée par la pandémie du coronavirus. Claudia a été classée parmi les 100 femmes les plus inspirantes et les plus influentes du monde ; elle est la seule femme latino-américaine à recevoir cette reconnaissance pour avoir fait une différence en 2020, une année marquée par des « temps turbulents ».

Son parti a célébré cette importante reconnaissance en publiant un communiqué de presse soulignant les apparitions répétées de la mairesse dans les médias internationaux pour son travail remarquable en tant que dirigeante locale. Comme l’affirme le Parti dans un article de presse sur son site web local, les médias internationaux décrivent Claudia López comme « la première femme maire de Bogota, la capitale de la Colombie et la plus grande ville du pays ».

Alianza Verde, célèbrant sa propre maire verte, décrit Mme López comme une femme admirable « qui a démontré avec sagesse, ténacité et un dévouement absolu, qu’il est possible de gouverner main dans la main avec les citoyens dans un pays comme la Colombie ».

Natalia Ortiz Peñate

Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

More Posts

Previous articleLe nouveau vice-premier ministre se tourne vers l’avenir du Monténégro
Next articleEurope Écologie — Les Verts condamnent l’inaction écologique de la Convention Citoyenne
Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here