Le 24 mars 2021, Annamie Paul, chef du Parti vert canadien, a écrit une lettre ouverte au maire de Toronto, John Tory, ainsi qu’au premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, pour leur faire part des conséquences que la COVID-19 a eues sur les communautés racisées de Toronto au cours de l’année écoulée.

Le Comité consultatif national de l’immunisation

Suite aux récentes recommandations du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) mises à jour le 16 mars 2021, des actions doivent être entreprises afin d’inclure « les populations marginalisées de façon systémique et les populations racisées dans la planification des programmes d’immunisation ».

Le CCNI est un groupe d’experts et de spécialistes dans divers domaines (tels que la pharmacologie, l’immunologie, les soins infirmiers, etc.) qui s’efforce de fournir aux Canadiens des informations transparentes et accessibles en matière de santé publique.

Selon la page qui leur est consacrée sur le site officiel du gouvernement du Canada : « Le CCNI formule des recommandations sur l’utilisation des vaccins actuellement ou nouvellement approuvés pour l’utilisation chez les individus au Canada, y compris l’identification des groupes à risque pour les maladies évitables par la vaccination et pour lesquels la vaccination devrait être ciblée. »

Dans sa lettre au maire Tory et au premier ministre Ford, Annamie Paul mentionne la proportion d’adultes dans les communautés racisées de la région de Toronto (notamment St. James Town Nord et Sud, Regent Park et Moss Park) qui sont confrontés à des taux d’infection plus élevés de COVID-19 par rapport aux autres quartiers.

« C’est un angle mort. Je suppose que le premier ministre Ford et le maire Tory veulent faire tout ce qu’ils peuvent pour protéger les personnes les plus vulnérables de leurs communautés. Alors assurons-nous de corriger cela et de respecter la science, de respecter les recommandations du CCNI. »

Annamie Paul, Chef du Parti vert Canadien

Comment ces communautés sont-elles confrontées à des risques plus élevés ?

Ces personnes sont plus susceptibles d’occuper des emplois qui les exposent à des risques plus élevés de contracter le virus, n’ont pas toujours accès à des conditions de logement adéquates et se déplacent le plus souvent dans des moyens de transport très fréquentés.

Selon Dilshad Burman dans son article sur Toronto City News, un certain nombre de pharmacies de la région de Toronto menant le programme pilote de vaccination d’AstraZeneca n’administrent actuellement des doses qu’aux personnes âgées de 60 ans ou plus.

L’infrastructure nécessaire à la distribution d’un plus grand nombre de vaccins est déjà présente, ce qui pourrait contribuer à accélérer le rythme auquel les gens reçoivent leurs premières doses.

En référant aux plus jeunes adultes exclus du projet pilote, Paul estime que cela doit changer le plus rapidement possible afin de contribuer à protéger ces communautés très vulnérables et d’éviter l’augmentation du taux d’infection, en particulier dans les quartiers fortement touchés.

À la fin de sa lettre, Paul écrit que chaque adulte de plus de 18 ans vivant dans l’une des communautés susmentionnées devrait faire partie du projet pilote de vaccination d’AstraZeneca sans plus attendre :

« Avec les taux de positivité les plus élevés de Toronto, je vous écris pour vous demander de veiller à ce que, dès demain, les adultes racisés et marginalisés (18 ans et plus) vivant dans les quartiers de St. James Town Nord et Sud, Regent Park et Moss Park aient accès à un vaccin contre la COVID-19 via le programme pilote d’AstraZeneca, conformément à la recommandation du CCNI. »

Commentaires du maire Tory et du premier ministre Ford

L’article de Dilshad Burman mentionne également que l’attaché de presse du maire Tory, Lawvin Hadisi, a confirmé que la lettre de Paul avait été reçue. Bien que le maire Tory ait indiqué que la ville examinerait la possibilité d’augmenter le nombre de pharmacies participant au programme pilote, en particulier dans les communautés les plus touchées, aucun commentaire n’a été fait concernant l’abaissement de la tranche d’âge pour rendre les vaccins contre la COVID-19 plus accessibles aux adultes.

Le premier ministre Ford n’a pas non plus fait de commentaire pour le moment.

Athena Banis

Athena est une étudiante de deuxième année à l'Université Concordia à Montréal, où elle prépare un baccalauréat spécialisé en sciences politiques. Elle est passionnée par les relations internationales, la lutte contre les problèmes sociaux et la défense des droits de la personne. Lorsqu'elle n'est pas en train d'écrire, vous pouvez la trouver en train de rattraper sa liste de lecture et de siroter une bonne tasse de thé.

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here