Le Green Teachta Dála irlandais suggère que la pénurie de gardes forestiers dans les parcs nationaux conduit à un « écocide ».

Après qu’un agriculteur irlandais ait déraciné une haie de 200 mètres séparant deux propriétés, le parti vert irlandais « Teachta Dála » (TD), Marc Ó Cathasaigh, a qualifié cet acte d' »écocide », selon le Irish Times.

Qu’est-ce que l’écocide ?

Selon le Guardian, l’écocide est défini dans un nouveau projet de loi comme « des actes illégaux ou gratuits commis en sachant qu’il existe une probabilité substantielle que des dommages graves et étendus ou à long terme soient causés à l’environnement par ces actes ». Cette définition, qui pourrait être adoptée par la Cour pénale internationale à l’avenir, a été rédigée par un groupe de législateurs pendant six mois.

Les politiciens ne sont pas le seul groupe à faire pression pour que l’écocide soit considéré comme un crime. En novembre 2019, le pape François, lors d’une réunion de l’Association internationale de droit pénal, a proposé que les « péchés contre l’écologie » soient enseignés par l’Église catholique. Il a suggéré qu’au niveau international, « l’écocide » soit une cinquième catégorie de crimes contre la paix.

« Nous devons nous assurer qu’il existe une législation d’application pour que les personnes qui connaissent les lois et qui continuent à les enfreindre soient poursuivies et que les lois soient appliquées ».

Le parti vert irlandais Teachta Dála (TD), Marc Ó Cathasaigh à WLR FM.

Pourquoi les lois ne sont-elles pas respectées en Irlande ?

Actuellement, les habitats d’animaux protégés tels que les renards et les blaireaux sont protégés par la loi. La haie détruite par l’agriculteur peut être considérée comme relevant de cette protection, car elle constitue un habitat pour des animaux potentiellement menacés comme les blaireaux et les renards. Cependant, ces lois ne sont souvent pas respectées en raison du manque de gardes forestiers employés par le National Parks and Wildlife Service (NPWS).

Le ministre d’État au patrimoine, Malcolm Noonan, a déclaré que vingt personnes ont été embauchées et qu’une « unité de lutte contre la criminalité liée à la faune sauvage » sera créée d’ici la fin de l’année. TD Cathasaigh a salué cette initiative, mais a prévenu que les personnes embauchées doivent être des « personnes qualifiées » qui sont payées « à un taux qui leur permettra de continuer » afin de garantir que les emplois sont « durables », selon le Irish Times.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here