Entre le 3 et le 18 juillet, les élections des nouveaux dirigeants des Jeunes Verts auront lieu en Angleterre. Le Young Green Party of England and Wales (YGEW) est la branche jeunesse officielle du Green Party of England and Wales (GPEW). Au fil des ans, le YGEW a formé des jeunes actifs dans la politique britannique d’aujourd’hui, tels que Lucy Pegg et Magid Magid. « Faire partie des Jeunes Verts a eu une énorme influence sur moi, a déclaré Lucy Pegg à Global Green News. C’est probablement la raison pour laquelle j’ai fini par m’impliquer autant dans la politique et l’activisme dans mon travail et en dehors de celui-ci ».

Une jeunesse radicale du GPEW :

Le YGEW décrit son idéologie comme le côté le plus radical du Parti vert d’Angleterre et du Pays de Galles. Décrit par l’un de ses candidats comme une communauté accueillante et amicale de personnes partageant les mêmes idées qui cherchent à renverser l’ordre capitaliste néolibéral, le YGEW peut être considéré comme le côté plus radical du GPEW. « Les jeunes verts ont un devoir », a déclaré Frank Adlington-Stringer à Global Green News, candidat à l’élection de cette année. « Un devoir de pousser les partis verts, pas seulement en Angleterre et au Pays de Galles mais dans le monde entier, à être meilleurs. Remettre en question à la fois les perceptions du système actuel et les politiques des Verts. L’avenir nous appartient et il est donc crucial que les jeunes fassent entendre leurs idées radicales, créatives, nouvelles et fraîches ».

Une implication jugée cruciale:

Cette branche du GPEW permet aux jeunes de s’impliquer dans la politique, dans certains cas avant l’âge légal de vote. Les jeunes ont tendance à se tenir à l’écart de la politique, mais leur implication est cruciale selon Adlington-Stringer, pour deux raisons : leur place prépondérante dans l’avenir de nos sociétés et leur créativité. « Les jeunes sont l’avenir, c’est à eux de le façonner, et les jeunes ont des idées créatives. Beaucoup de ceux qui prennent les décisions ont été battus et soumis par le système. Ils en sont les produits et leur pensée est coincée dans ses limites. Les jeunes repoussent ces limites avec de nouvelles idées », a déclaré M. Adlington-Stringer à Global Green News.

« Il est vital que les personnes au pouvoir écoutent les jeunes d’aujourd’hui, a-t-il ajouté. La politique, telle qu’elle est, est stagnante et égoïste ; elle maintient le statu quo. Les jeunes remettent cela en question, et cherchent à faire mieux. Cela ne signifie pas que les jeunes savent mieux ou qu’ils ont toujours raison, mais cela signifie qu’ils doivent être écoutés. Ce n’est qu’ensemble que nous, jeunes et âgés, d’horizons divers, pouvons créer quelque chose de meilleur ».

Lucy Pegg, aujourd’hui conseillère municipale du Parti vert pour la circonscription de Donnington au conseil municipal d’Oxford et ancien membre de la JEM, a également déclaré à Global Green News l’importance de l’implication des jeunes en politique, notamment sur le thème du changement climatique. « Les jeunes doivent s’impliquer dans la politique car ce sont souvent eux qui proposent des réponses audacieuses et ambitieuses aux grandes questions auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui. Nous reconnaissons qu’une action urgente et radicale est nécessaire, dès maintenant, pour faire face à la crise climatique, alors que de nombreuses personnes plus âgées sont heureuses de laisser ces décisions difficiles à quelqu’un d’autre, pensant qu’elles ne verront jamais le pire du changement climatique. » Elle a continué sur l’importance de l’implication des jeunes dans la politique, surtout si l’on considère la négligence de l’actuel premier ministre britannique Boris Johnson pendant la pandémie.

« La réponse de Boris Johnson à la pandémie n’a pas tenu compte des étudiants dont les cours ont été désorganisés, des jeunes qui vivent dans une seule pièce dans une colocation exiguë, et des milliers de jeunes en contrat à durée indéterminée ou employés dans le commerce de détail et l’hôtellerie, a déclaré Mme Pegg à Global Green News. Nous devons être plus présents à la table des décisions et forcer les politiciens à nous écouter. »

L’impact de la pandémie:

La pandémie a eu un grand impact sur la société et la politique dans le monde entier, et elle a aussi largement impacté la politique des jeunes, empêchant de nombreuses possibilités de campagne et d’interactions. « La politique est conçue pour tenir les jeunes à l’écart », selon Lewis-Creser, mais avec le développement du travail à distance, la pandémie a élargi le champ d’intégration des jeunes dans la politique avec l’accès aux réunions et aux enregistrements vidéo en ligne.

Deux aspects positifs sont ressortis de cette crise, explique Adlington-Stringer à Global Green News. Premièrement, « elle a permis une participation plus large et un meilleur accès à la politique et à l’activisme grâce à l’utilisation de la technologie ; les gens ont eu plus de temps pour s’impliquer, les barrières du transport, du coût, de l’anxiété et d’autres facteurs ayant été supprimées ». Deuxièmement, la pandémie a attiré l’attention des gens sur de nombreux problèmes sociaux. J’ai définitivement remarqué dans ma communauté une plus grande sensibilisation et un sens renouvelé de l’action pour s’attaquer à ces problèmes. Les jeunes, en particulier, ont l’envie de reconstruire mieux et de s’assurer que notre avenir est meilleur. Mon Parti vert local compte aujourd’hui plus de jeunes membres que jamais auparavant et nous sommes en train de mettre en place un Derbyshire Young Greens ».

Une nouvelle vision de la politique:

Young Greens action weekend in Brighton & hove
Credits: Young Greens
http://bright-green.org/2019/04/21/eleven-days-until-polling-day-uk-green-news-round-up-week-16/

Ces dernières années, nous avons remarqué l’arrivée de nouvelles formes de participation politique – les jeunes s’engagent dans des associations, protestent, partent en mission humanitaire et s’expriment davantage sur les médias sociaux, s’éloignant ainsi de la politique plus traditionnelle. Pegg a expliqué à Global Green News que les YGEW sont « emblématiques de ce nouveau type de politique », mais pas seulement en raison de leur implication différente. « Beaucoup ont rejoint le Parti vert parce que nous étions fatigués et frustrés par les partis politiques traditionnels. On s’attend souvent à ce que les jeunes soient des électeurs travaillistes, alors même le simple choix d’être un Vert montre à quel point le système politique conventionnel à deux partis s’effrite. » Cette nouvelle vague de politique évoluera au fil des ans, et Global Green News est impatient de voir où cette jeunesse nous mènera.

Eva Julia van Dam

Bonjour! Je suis une étudiante franco-néerlandaise vivant à Montréal. Tout juste diplômée d'un Bachelor en Sciences Politiques de l'Université McGill, je me suis intéressée tout au long de mes études au journalisme. J'ai travaillé avec le McGill Tribune, le Bull & Bear et récemment avec La Gazette des Femmes à Québec. J'ai également été éditrice adjointe du Historical Discourse à McGill. Mes domaines d'intérêt sont les relations internationales, la diplomatie culturelle, le féminisme et les études de genre, les questions environnementales et le journalisme - j'aime écrire, apprendre et grandir de mes expériences. Je suis ravie de travailler avec Global Green News.

More Posts

Follow Me:
Facebook

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here