Les quatre principaux partis politiques canadiens se préparent pour les prochaines élections fédérales. Les chefs des partis conservateur, libéral, néo-démocrate (NPD) et vert recrutent des candidats, forment des bénévoles et élaborent des stratégies pour faire campagne pendant une pandémie.

Bien que les partis ne sachent toujours pas quand le gouvernement libéral minoritaire déclenchera des élections, ils se préparent à l’inévitable. L’une des principales préoccupations de tous les partis est de remonter le moral dans un environnement virtuel. En l’absence de campagnes de porte-à-porte et de rassemblements en direct, les chefs comptent sur les médias sociaux pour diffuser leur message et obtenir des l’appuis.

En février 2021, le Parti vert du Canada a lancé une campagne nationale de recrutement de candidats appelée Faites le saut. Cette campagne vise à recruter des leaders communautaires diversifiés et progressistes comme candidats aux prochaines élections fédérales. Le parti espère inciter une jeune génération de députés à se joindre au mouvement vert.

Le soutien pour le Parti vert continue de croître

Les Verts ont nommé cinq candidats, dont les trois députés et la cheffe Annamie Paul, qui reste sans siège à la Chambre des communes. Paul a élaboré une stratégie électorale axée sur les centres urbains du Canada. Les représentants des Verts affirment qu’ils n’ont jamais vu des sondages aussi élevés que ceux qu’ils obtiennent actuellement dans certains sièges du centre de Toronto.

Lors d’une élection partielle tenue en octobre dans la circonscription de Toronto-Centre, Mme Paul s’est classée deuxième derrière la députée libérale Marci Ien, obtenant 33% des voix. Paul a déclaré en février qu’elle se présenterait à nouveau dans Toronto Centre. Les Verts espèrent également gagner la circonscription de Toronto-Danforth, qui est actuellement détenue par la députée libérale Julie Dabrusin. Un sondage datant de janvier plaçait les Verts en troisième position dans Toronto-Danforth avec 20% des voix.

Un autre sondage prometteur pour les Verts est le sondage Ipsos du 8 mars pour Global News. Les résultats de ce sondage indiquent que le soutien national du Parti Vert sous la direction d’Annamie Paul est en hausse de deux points pour atteindre 10 %.

Selon 338Canada, le soutien pour le Parti vert est le plus élevé chez les jeunes électeurs âgés de 18 à 34 ans.

Intentions de vote fédérales pour les électeurs âgés de 18 à 34 ans | 338 Canada

Plateforme de campagne verte

Pour sa campagne électorale, le Parti vert se concentre sur des questions telles que le revenu de base universel, l’accessibilité du logement à l’échelle nationale et la résolution de la crise humanitaire dans les foyers de soins de longue durée. Paul a établi un lien entre la crise dans les foyers de soins de longue durée et les lacunes des programmes sociaux du Canada causées par la pandémie de COVID-19.

En termes de logements abordables, Guelph, en Ontario, est une région particulièrement préoccupante. De nombreuses maisons de la ville ont presque doublé de valeur au cours des cinq dernières années. La région est également le port d’attache du chef des Verts de l’Ontario, Mike Schreiner.

Les Verts ont également diffusé une pétition demandant au gouvernement fédéral de renouveler la Prestation d’urgence canadienne pour étudiants (PECE) pour l’été 2021. La PECE offre aux étudiants et aux jeunes diplômés qui ont eu du mal à trouver un emploi d’été pendant la pandémie une aide de $ 2000 par mois.

À Montréal, le Parti vert cherche à diviser le bastion libéral en s’attaquant aux problèmes de racisme systémique. L’un des défis auxquels le Parti vert a été confronté par le passé était le manque de diversité de ses candidats. Pour Annamie Paul, une femme noire et juive, corriger ce déséquilibre est un élément clé de sa campagne. Les Verts se sont également élevés contre le déni du racisme systémique dans la province par le Premier ministre québécois François Legaut.

La campagne du Parti vert reste également axée sur la lutte contre le changement climatique. Paul demande au Canada d’adopter un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 60 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030. Un aspect important de cet objectif consiste à éloigner les sources d’énergie non renouvelables du centre de l’économie canadienne.

Alors que le Canada se rapproche d’une élection fédérale, le Parti vert continue de gagner du soutien à l’échelle nationale. Les prochains mois seront cruciaux pour les efforts de campagne du parti.

Erika Mackenzie

Erika prépare un baccalauréat ès arts de l'Université McGill en sociologie avec une double mineure en développement international et communications. Les passions d'Erika incluent la protection de l'environnement, l'égalité raciale et entre les sexes, les droits autochtones et l'abordabilité pour tous. Erika a également été publiée dans le McGill Tribune et le HuffPost Canada.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here