Le maire de Tubingue, Boris Palmer, est confronté à une vive réaction après avoir utilisé une insulte raciste dans un message sur les réseaux sociaux à propos d'un joueur de football noir. À présent, des membres de son propre parti entament une procédure d'exclusion du parti à son encontre.

Le contexte derrière le commentaire de Palmer

Vendredi, Palmer a écrit un message dans lequel il dénonce la " cancel culture " après que d'anciens joueurs de football, Dennis Aogo et Jens Lehmann, aient été sanctionnés pour des commentaires qu'ils ont faits.

Lehmann a été exclu du conseil d'administration du Hertha Berlin après avoir traité Aogo de " Noir de service " dans un SMS, qui a été accidentellement envoyé à Aogo lui-même. Aogo a également démissionné de son poste de commentateur pour Sky Sport après un dérapage verbal au cours duquel il a utilisé l'expression " s'entraîner jusqu'à être gazé ". Ce commentaire a été perçu comme offensant en raison de l'histoire violente de l'Allemagne, où des millions de personnes ont été assassinées dans les chambres à gaz dans des camps de concentration. Les deux hommes ont présenté leurs excuses pour leurs commentaires.

Après le départ de Lehman et d'Aogo, Palmer a publié un commentaire sur Facebook dénonçant la " cancel culture ", en disant : " Lehmann parti. Aogo parti. Le monde est-il meilleur maintenant ?... La furie avec laquelle les tempêtes sur le web peuvent détruire l'existence s'aggrave."

La controverse s'est poursuivie lorsque Palmer a publié un commentaire sur son message initial qui disait : " Aogo est un mauvais raciste. A offert aux femmes sa b**e de n**re." Palmer n'était pas le premier à utiliser le mot dans cet échange, mais aurait plutôt cité un autre utilisateur dans sa publication.

Critiques du Parti des Verts

Ce n'est pas la première fois que Palmer fait face à des accusations de son propre parti pour des commentaires contre des minorités. En effet, en 2019, des membres du Parti vert avaient demandé que le maire soit exclu du parti. À l'époque, il avait suscité des critiques après qu'une campagne publicitaire de la Deutsche Bahn avait montré des photos de voyageurs de différentes couleurs de peau. Selon Palmer, ces personnes ne reflétaient pas la société.

Il semble que les Verts en aient maintenant assez. Le Premier ministre du Bade-Wurtemberg, Winfried Kretschmann, a sévèrement critiqué Palmer, déclarant : " Vous ne pouvez tout simplement pas faire de telles déclarations. Ce n'est tout simplement pas possible. "

Selon un article de ZDF, il a également ajouté : " Je trouve également indigne d'un maire de polariser constamment avec des provocations." Le maire de Tubingue est un " professionnel " après tout, a-t-il ajouté, qui devrait savoir que "l'ironie ne fonctionne jamais en politique. "

Samedi, Annalena Baerbock, la dirigeante du Parti vert, a également condamné les remarques de Palmer sur Twitter, les qualifiant de " racistes et répugnantes ".

" Invoquer l'ironie après coup ne permet pas de la défaire ", écrit-elle. " Le tout rejoint des provocations toujours nouvelles qui excluent et blessent les gens ". Elle ajoute que Palmer " a donc perdu notre soutien politique."

Baerbock a conclu en annonçant que le Parti allait maintenant discuter des " conséquences, y compris la procédure d'exclusion " de Palmer.

Samedi, une motion d'urgence à la procédure d'expulsion du parti a été adoptée avec 75,6 % des voix lors de la conférence du parti à Stuttgart, selon le ZDF.

La réponse de Palmer à la controverse

Dans sa propre déclaration, Palmer a qualifié les accusations de racisme à son encontre d' " absurdes ", puisqu'il n'était pas l'auteur original de la phrase contenant le " mot en N ". Il a qualifié la controverse de " gros m*rdier ".

En outre, il a déclaré au journal Bild, samedi, que son commentaire avait simplement pour but de montrer l'ironie de traiter un homme noir de raciste. Par conséquent, ses intentions étaient d'exprimer de la " solidarité envers Aogo contre son bannissement de l'écran à cause d'une phrase irréfléchie. "

À propos de la procédure d'exclusion du parti, Palmer a déclaré que la motion était " pratiquement une leçon de l'émergence d'un climat d'opinion répressif dans notre pays " et qu'il souhaitait se justifier devant un organe du parti.

Les Verts sont actuellement en tête dans les sondages en vue des élections fédérales allemandes. Il est trop tôt pour dire si cette controverse aura un impact sur l'opinion des électeurs allemands à l'égard du parti.

Maëli Coutu-Lupien

Maëli Coutu-Lupien poursuit actuellement un baccalauréat en relations internationales et en droit international à l'UQAM. Elle a obtenu son baccalauréat en linguistique avec mineure en allemand en 2019 à l'Université Concordia. En 2019, elle a travaillé comme stagiaire en relations avec les médias à l'ambassade du Canada à Washington D.C. Dans ses temps libres, elle aime lire, se promener dans la nature et faire du kayak.

Plus d'articles

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici