La Colombie-Britannique est connue dans le monde entier pour sa faune à couper le souffle et ses forêts tropicales côtières uniques. Ces forêts abritent certains des arbres les plus vieux et les plus grands du monde, qui peuvent atteindre 2 000 ans et 3,5 mètres de diamètre. Ces types d’arbres et de forêt, appelés « arbres primaires » et « forêts primaires, sont uniques à la Colombie-Britannique, ainsi qu’à certaines parties du nord-ouest des États-Unis.

Cet écosystème distinct est menacé par la coupe et l’exploitation constantes de ces arbres anciens, un problème que le gouvernement NPD n’a jusqu’à présent pas réussi à traiter correctement au cours de ses trois ans et demi de pouvoir dans la province de la Colombie-Britannique.

La chef du parti vert de la Colombie-Britannique, Sonia Furstenau, a activement fait campagne pour une protection accrue des arbres primaires et des forêts primaires de l’exploitation commerciale, car ces arbres, et les bénéfices qu’ils apportent à leur écosystème, ne reviendraient probablement jamais une fois enlevés.

Sonia Furstenau parle de la nécessité de protéger les forêts primaires

Les Forêts Primaires de la Colombie-Britannique

Les arbres primaires sont des éléments très productifs de leur environnement, créant un écosystème qui n’existe nulle part ailleurs. La taille même et l’âge des arbres ont contribué à façonner les forêts tropicales côtières du Canada, créant un espace où tous les types de flore et de faune peuvent prospérer.

L’Ancient Forest Alliance de la Colombie-Britannique fournit des détails sur le rôle que jouent ces arbres géants dans le service et la croissance de leur environnement. Leurs fonctions comprennent :

  • Fournir des canopées à plusieurs couches, auxquelles différentes espèces de plantes et d’animaux se sont adaptées.
  • Agissant comme des « entrepôts de carbone », capables de stocker plus de CO2 que les autres arbres plus petits, et continuant à augmenter leur capacité de stockage tout au long de leur vie.
  • Ils abritent plusieurs espèces de lichens, de mousses, de champignons et d’autres plantes à écorce. Par conséquent, ils abritent beaucoup plus d’espèces uniques que les jeunes plantations d’arbres des « forêts secondaires ».
  • Ils contiennent plus de « débris ligneux » que les arbres plus jeunes. Les arbres primaires morts fournissent à une myriade d’espèces de la flore et de la faune des nutriments, un abri et de l’humidité.

Bien qu’ils fassent partie intégrante de leur environnement, leur taille et leur qualité font que ces arbres sont considérés comme une source très lucrative pour les bûcherons de la Colombie-Britannique. Les arbres primaires sont bien plus grands, plus denses et fournissent beaucoup plus de bois à l’hectare que les jeunes arbres des forêts secondaires.

Image
Un des nombreux cèdres primaires de la vallée de Walbran, bagués et prêts à être abattus. Image via @TJWattPhoto

Comme la période d’attente normale entre les coupes de bois en Colombie-Britannique est de 30 à 80 ans, une fois que ces arbres millénaires sont coupés, il est très peu probable que les arbres secondaires aient la chance de repousser et de retrouver ses statuts de « forêt primaire », ce qui éliminerait les rôles importants que jouent ces arbres et mettrait en danger l’ensemble de l’écosystème des forêts tropicales côtières du Canada.

Le manque d’action par le Gouvernement de la Colombie-Britannique

Lors de sa campagne pour les élections provinciales de 2017, puis de 2020, le chef du NPD John Horgan a promis de protéger les forêts primaires tout en empêchant l’industrie forestière rentable de la Colombie-Britannique de s’effriter. Cependant, trois ans et demi après avoir remporté les premières élections, la destruction généralisée des forêts primaires de la Colombie-Britannique se poursuit pratiquement au même rythme.

En 2019, le NPD a proposé un report de deux ans de l’exploitation forestière dans plusieurs régions de la Colombie-Britannique, pour un total de 353 000 hectares. Cependant, sur ces terres protégées, seul un petit pourcentage contient des forêts primaires productives, et comprend même des écosystèmes où les arbres poussent de façon rare, notamment des marais et des chaînes de montagnes.

Dans son programme électoral de 2020, le NPD a promis de protéger les forêts primaires de la Colombie-Britannique, en plaçant cette fois-ci la santé des écosystèmes et de la biodiversité au-dessus de tout.

Un panel indépendant a été mis en place en juillet 2019, comprenant les forestiers Al Gorley et Garry Merkel, pour examiner les politiques forestières de la province. Le comité a rédigé un rapport contenant 14 recommandations que la province doit mettre en œuvre pour préserver la santé de l’écosystème et des forêts primaires, y compris l’arrêt de l’exploitation des forêts primaires dans les six mois suivant le rapport. Huit mois après la publication initiale du rapport, l’exploitation des forêts primaires s’est poursuivie et le rapport en 14 points n’a reçu aucun engagement ferme de la part du gouvernement NPD.

Chaque jour, le @bcndp continue à #talkandlog et à détruire l’irremplaçable #oldgrowth en Colombie-Britannique. Le panel #oldgrowth a appelé à interrompre l’exploitation forestière dans toutes les zones menacées dans un délai de 6 mois. 8 mois plus tard, toujours pas d’action, seulement plus d’exploitation forestière. #bcpoli #ClimateCrisis #Forestry @KatrineConroy

En juillet, le ministre des forêts, des terres, des ressources naturelles et du développement rural de la Colombie-Britannique, Doug Donaldson, a déclaré à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique que le gouvernement prévoyait de travailler avec les gouvernements des Premières nations pour déterminer la protection des espèces primaires sur le territoire des Autochtones au cours des prochains mois.

Cependant, le député du Parti Vert Adam Olsen a souligné le manque de profondeur de ce plan, étant donné l’imprécision de toute date de début, ainsi que le mépris flagrant du NPD pour avoir mis en pause la récolte des arbres primaires pendant ce temps. Cinq mois plus tard, ce plan de collaboration avec les gouvernements des Premières nations n’a toujours pas commencé.

La réponse des Verts de la C.-B.

Alors que le gouvernement NPD est resté inactif en termes d’action, les Verts de Colombie-Britannique se sont exprimés ouvertement sur la question au cours de l’année dernière.

Le parti a demandé au NPD d’appliquer un moratoire sur tous les écosystèmes primaires à haut risque de la province, et a désigné la santé de la biodiversité et des écosystèmes comme une priorité absolue du Parti Vert dans sa campagne électorale provinciale de 2020.

Au cours d’une période de questions de l’Assemblée législative en juillet 2020, Mme Furstenau a déclaré que selon plusieurs études indépendantes utilisant des données recueillies par la province, il a été constaté que le manque de protection des espèces primaires est insuffisant pour soutenir la biodiversité en Colombie-Britannique. Furstenau a déclaré : « Le statu quo met aujourd’hui la biodiversité, l’intégrité écologique et la résilience en grand danger ».

Le député et ancien chef intérimaire du Parti Vert, Adam Olsen, a décrit à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique comment l’exploitation des ressources primaires est non seulement nuisible à l’environnement, mais elle le sera aussi à long terme pour l’industrie forestière.

Olsen déclare : « Au fur et à mesure de l’exploitation des cultures primaires à haute productivité, les communautés vont connaître une baisse de l’emploi… à mesure que le volume diminue et que l’industrie enregistre les arbres secondaires de plus en plus faible ». Olsen poursuit en déclarant que le gouvernement NPD doit mettre en place un plan de transition pour les bûcherons et les communautés d’exploitation forestière, afin de mettre fin à leur dépendance à l’égard de cette ressource non renouvelable.

Dans un rapport réalisé par les écologistes indépendants Rachel Holt, Karen Price et David Daust, et réitéré par Sonia Furstenau lors d’une période de questions de l’Assemblée législative :

« Ces écosystèmes sont en fait les rhinocéros blancs des forêts primaires. Ils sont presque éteints, et ne se remettront pas de l’exploitation forestière ».

Joshua Allan

Joshua Allan est originaire de Beamsville, en Ontario, et a obtenu son diplôme de l'université Bishop's en juin 2020, après avoir étudié les langues étrangères et la politique. Son activité politique au sein de sa communauté comprend la défense des droits environnementaux lors de la marche des Vendredis du Futur à Sherbrooke, QC, en octobre 2019. Il s'intéresse notamment à la politique canadienne et internationale, à la politique environnementale et aux droits des autochtones.

More Posts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here