Dans son dernier rapport intitulé « Une nouvelle route pour le lendemain » (« Un Nuevo Rumbo para el Día Después »), le parti vert espagnol EQUO a présenté un ensemble de propositions très complètes et avant-gardistes destinées à guider l’énorme tâche de reconstruction économique et sociale à laquelle le pays est confronté après la crise provoquée par la pandémie de Covid19.

Les différentes propositions contenues dans le rapport partent principalement du constat que l’hyper-globalisation actuelle est fragile et instable; que notre modèle économique, basé sur une croissance infinie, est totalement insoutenable; que nous sommes éco-dépendants; et que derrière l’urgence sanitaire que nous devons encore surmonter se cache une autre situation encore plus profonde et déstabilisante que la pandémie actuelle: l’urgence climatique.

Le rapport des Verts a été dévoilé en mai dernier lors d’un webinaire organisé par Inés Sabanés, représentante parlementaire et co-porte-parole d’EQUO, et Mar García, secrétaire générale du Parti vert européen. Lors de ce webinaire, Sabanés et García ont discuté de l’impératif de la société de changer de cap vers un avenir plus écologique, plus inclusif et plus résilient, concluant que le retour « à la normalité non durable et injuste qui existait avant la crise » n’est tout simplement pas possible.

Au début du webinaire, Mme Sabanés a fait part de ses préoccupations quant à la conception d’une stratégie de transition pour sortir de la crise du Covid19 d’une manière qui garantisse un changement réel et significatif, qualifiant la pandémie de coronavirus comme une réalisation de notre planète.

La création d’une commission parlementaire pour la reconstruction sociale et économique du pays par le Congrès espagnol a incité les Verts d’EQUO à concevoir l’ensemble ambitieux et très complet de propositions pour « une reconstruction verte et juste » afin de contribuer aux efforts politiques déployés pour sortir de cette crise sans précédent. Depuis le début de la pandémie, l’Espagne continue de se positionner comme l’un des pays les plus touchés par le Covid19 en Europe, à la tête de la deuxième vague d’infections sur le continent avec le plus grand nombre de nouveaux cas quotidiens confirmés. Comme le publie le journal espagnol El País, l’Espagne est aussi à la tête du plus grand déclin de l’activité économique de toutes les économies développées en 2020.

Effectivement, dans ses dernières Perspectives de l’économie mondiale, le FMI, notant l’incertitude inhabituellement grande qui entoure les projections de base cette année, a prévu que l’économie espagnole se contracterait de 12,8 % cette année – marquant la pire contraction économique de l’histoire espagnole moderne et constituant la plus grande contraction prévue de toutes les économies avancées. Il est évident que le pays a un besoin urgent d’un plan et les propositions d’EQUO arrivent à un véritable tournant pour l’humanité et la planète.

« NOUS AVONS CRÉÉ NOTRE PROPRE GUIDE DE RECONSTRUCTION VERTE, QUI A BEAUCOUP À VOIR AVEC LA MANIÈRE DE SORTIR DE CETTE CRISE EN PARALLÈLE AVEC UNE TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET LES OBJECTIFS DE LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ».

– Inés Sabanés, co-porte-parole fédérale d’EQUO

Pour EQUO, il est clair qu’il est impératif d’évoluer vers un modèle socio-économique propre, résilient, cohésif et solidaire. Dans « Une nouvelle route pour le lendemain », les Verts espagnols appellent à un modèle qui nous permettra de surmonter simultanément l’urgence sanitaire mondiale et la crise climatique, afin que nous puissions faire face aux crises futures avec prospérité et que nous puissions créer un monde qui résiste aux perturbations et au changement. Afin de ne pas répéter les mêmes erreurs à l’avenir, ils avertissent qu' »il est temps de changer de cap maintenant ».

Les propositions d’EQUO, qui font partie de ce que le parti vert a appelé « le grand accord social, économique et écologique post-COVID19 », englobent un changement profond dans divers secteurs allant des transports à l’énergie, en passant par les soins de santé, la finance et même la démocratie. Parmi les propositions détaillées figurent un « plan de choc » visant à encourager l’utilisation massive de la bicyclette comme moyen de transport sûr et sain; un plan de développement massif des énergies renouvelables et une stratégie de lutte contre la pauvreté énergétique avec l’établissement d’un lien social pour l’électricité; des objectifs juridiquement contraignants pour la protection et la restauration d’au moins 30 % de la biodiversité d’ici 2030; et une taxe carbone sur les achats sur Internet, en fonction de l’origine du produit et du moyen de transport utilisé.

Les Verts espagnols ont fait appel aux médias sociaux pour promouvoir leurs propositions de manière intensive, en invitant les gens à prendre conscience que nous dépendons de la biodiversité pour protéger notre santé et nous mettre à l’abri des pandémies virales, et en offrant une voie d’espoir pour l’avenir.

https://www.facebook.com/VERDESEQUO/posts/3281963831852770

Né en 2010 comme un projet politique de base destiné à promouvoir la convergence du mouvement vert espagnol naissant vers un parti politique similaire aux autres partis verts européens de l’époque, EQUO est aujourd’hui le parti vert le plus important d’Espagne, avec une adhésion au Parti Vert Européen depuis 2016 et un statut d’observateur au sein du partenariat Global Greens.

Les Verts européens, comme le Parti Vert Européen (PVE) est également connu, constituent un parti politique transnational formé par des partis politiques verts de toute l’Europe (et pas seulement de l’Union européenne). Fondé en 2004 lors du 4e Congrès de la Fédération européenne des partis verts à Rome (FEPV), le Parti vert européen a été, à sa naissance, le premier parti politique transnational d’envergure européenne. Aujourd’hui, il compte au moins 30 partis membres différents qui travaillent ensemble avec une vision, des slogans et des programmes communs.

Depuis le Parlement européen, les Verts ont fait un effort commun critique pour promouvoir l’intégration européenne et ont maintenu leur engagement à défendre la responsabilité environnementale, les libertés individuelles, une démocratie inclusive, la diversité, l’égalité des sexes, le développement durable et la non-violence. Pour l’avenir, nous devons encore déterminer si les efforts d’EQUO portent leurs fruits en Espagne. En attendant, les Verts espagnols gardent l’espoir de devenir les moteurs du changement urgent nécessaire pour construire un avenir vert, égalitaire, solidaire et durable pour cette génération et les suivantes.

Natalia Ortiz Peñate

Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

More Posts

Previous articleLes Verts de la Nouvelle-Écosse soutiennent les Premières Nations Mi’kmaq dans l’exercice de leurs droits de pêche
Next articleJustice Greens sur la victoire d’Annamie Paul et l’avenir de l’éco-socialisme au Canada
Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here