En raison du faible pouvoir d’achat, la plupart des ménages utilisent le charbon de bois comme source d’énergie pour la cuisine quotidienne. La ressource bois représente un potentiel important pour les familles qui n’ont pas d’autres sources d’énergie pour cuisiner.
Un développement tous azimuts de la production de charbon de bois est enregistré dans plusieurs régions du pays, il est encouragé par la délivrance d’agréments dont l’encadrement échappe souvent aux services compétents de l’Etat. À cause de la commodité offerte par son utilisation et de l’évolution des habitudes de cuisson, le charbon de bois est de plus en plus consommé par les ménages, notamment dans les grands centres urbains du pays. Selon les projections, la demande en bois-énergie au cours des vingt prochaines années va augmenter. Cela représente une grave menace pour l’environnement.

Selon l‘Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), pour produire une tonne de charbon de bois, il faut environ cinq tonnes de bois, ce qui contribue évidemment à la déforestation. De plus, lorsque le charbon de bois brûle, il libère de fines particules (principalement de la suie) dans l’air. Comme l’explique le magazine Natura-Sciences spécialisé dans l’actualité environnementale, écologique et biologique, « la combustion d’un kilogramme de charbon dégage environ 3,7 kilogrammes de CO2, soit l’équivalent de 27 kilomètres parcourus avec une voiture classique« .

Pour pallier ce problème, plusieurs projets et alternatives écologiques ont été mis en place pour aider les ménages à disposer d’une ressource propre à bas prix et moins dangereuse que le charbon de bois. A l’instar du projet de formation et de sensibilisation sur les changements climatiques, la production de charbon vert et de compost à partir de déchets agricoles au profit du groupement de femmes GOGHIN au Burkina Faso. Ce projet est initié par une association à but non lucratif appelée SOS Energie Burkina (SOSEB). Il vise à protéger l’environnement en favorisant les énergies renouvelables. L’association forme et sensibilise les groupes vulnérables, notamment les femmes, aux effets du changement climatique en leur proposant une alternative au bois et au charbon de bois.

Abdoul Dramane Conombo, qui est un agent travaillant au Département des Eaux et Forêts du Burkina Faso, s’est également lancé dans le projet de fabrication de charbon de bois écologique. La production de ce combustible est, selon lui, une activité à la fois rentable et respectueuse de l’environnement. Il est obtenu grâce à un mélange de poudre de déchets végétaux brûlés et d’eau. Il a également déclaré que la production de charbon écologique contribue à la préservation de l’environnement, en réduisant la désertification et en gardant toujours les forêts propres. C’est une activité qui contribue à la création d’emplois pour les jeunes, mais aussi à l’amélioration du cadre de vie, en débarrassant les industries de leurs déchets. En plus de contribuer à sauver les forêts, cette activité permet à l’entrepreneur de gagner sa vie.

De son côté, l’association Africa Ecology a mis en place un centre de tri et de valorisation des déchets où les déchets organiques, une fois carbonisés, séchés, broyés puis compressés avec des coques de noix de coco, sont utilisés par les Burkinabè comme combustible de cuisson et de réchauffage. Cette association dirigée par M. Azize Hem, diplômé en génie civil, se bat pour trouver une solution à ce problème environnemental qui menace les écosystèmes de son pays.

Billy Omeonga

Billy Omeonga est diplômé en journalisme et en écriture créative. Il poursuit actuellement ses etudes de licence en Gestion des Entreprises à University of the People aux États-Unis d'Amérique. Billy Omeonga est passionné par la nature et la protection de l'environnement. Il aime lire et écrire. Il parle couramment le français et l'anglais. Il passe ses loisirs à écrire et à apprendre des autres.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInYouTube

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here