La politique agricole commune (PAC) a été l’un des secteurs les plus anciens et les plus financés de l’Union européenne, mais une décision prise le 23 octobre par le Parlement européen concernant l’avenir de cette politique a fait l’objet de nombreuses critiques de la part de nombreux environnementalistes et organisations de haut niveau, par exemple le Parti vert européen et l’organisation Fridays for Future. Le Parti vert européen a mené une campagne en ligne au cours des dernières semaines pour attirer l’attention sur les questions environnementales soulevées par la PAC, et a créé le hashtag #WithdrawTheCAP afin de diffuser le message.

« Le parlement européen se comporte comme la crise climatique n’existe pas. La politique agricole commune dont l’adoption a été votée, ne se concentre pas sur la nature ni les fermiers.
Nous luttons encore et nous avons envoyé une lettre à Presidente von der Leyen, lui demandant de #WithdrawTheCAP »

Le Parti vert européen a également mis en ligne des copies d’une lettre à envoyer directement à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l’exhortant à retirer cette politique.

La politique agricole commune (PAC)

Tout d’abord, il faut comprendre un peu ce qu’est exactement la politique agricole commune et quel rôle elle joue dans l’Union européenne.

La PAC a été introduite pour la première fois en 1962 dans l’Union européenne en vertu des principes d’unité des marchés agricoles, de préférence communautaire et de solidarité financière. L’objectif était de fournir à tous les États membres un marché agricole commun stable, de fixer les prix des denrées alimentaires et de garantir l’approvisionnement alimentaire de tous les citoyens de l’Union européenne. La PAC s’articule autour de trois mesures : le soutien au revenu des agriculteurs de l’UE, les mesures de stabilité du marché et les fonds destinés à maintenir et à développer les communautés rurales. Cette politique fait partie des dépenses les plus importantes de l’UE, puisqu’elle représente environ un tiers du budget total de l’UE.

Mais malgré toutes ses ambitions, les questions du changement climatique et de la protection de la biodiversité ont été largement négligées. L’UE a été catégorique au cours des dernières administrations sur l’importance de résoudre ces questions environnementales, mais le renouvellement de cette politique est la révélation de leurs positions contradictoires. Le Parti vert européen a fait campagne pour que cette politique contradictoire soit mieux comprise par le grand public, dans un effort pour rendre la PAC plus « verte ».

Manque d’action en matière de changement climatique

L’un des objectifs de l’UE sous la direction de l’actuelle présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, est de créer un continent climatiquement neutre d’ici 2050, cependant, beaucoup pensent que cette PAC fait obstacle à cet objectif, alors qu’elle aurait pu être un atout.

Dans une interview avec Global Green News, le co-président du Parti Vert Européen, Thomas Waitz, a expliqué que « (l’agriculture) crée en partie le problème, en créant des quantités élevées d’émissions de CO2, de méthane, d’oxyde nitreux… même la quantité de gaz nécessaire pour produire un kilo d’engrais artificiel… c’est du côté des pollueurs ».

M. Waitz affirme que la Commission européenne avait la possibilité d’atteindre ses objectifs agricoles tout en luttant contre le changement climatique par le biais de cette PAC : « En particulier la façon dont nous cultivons nos cultures, le potentiel de l’agriculture fait partie de la solution, non seulement en réduisant les émissions directes de CO2 de l’agriculture, mais aussi les émissions secondaires ». M. Waitz poursuit en déclarant que « c’est une occasion manquée de faire de l’agriculture une partie de la solution plutôt qu’une partie du problème ».

Waitz énumère les changements potentiels, tels que la séquestration du carbone dans le sol, le processus d’infusion du CO2 directement dans le sol, donnant aux cultures une meilleure capacité d’absorption et de stockage de l’eau. Cette méthode permettrait de préserver ces cultures en cas de sécheresse et d’inondation, ce qui contribuerait à l’objectif global de la PAC, à savoir le maintien des niveaux de nourriture pour les citoyens de l’UE et la réduction des déchets et de la destruction des écosystèmes due à la surexploitation agricole. Bien que cette possibilité contribuerait certainement à l’objectif de l’UE de devenir la plus grande entité neutre en carbone au monde, elle n’a pas été exploitée par l’UE dans le cadre du renouvellement de la PAC.

« C’EST UNE ÉNORME OPPORTUNITÉ MANQUÉE POUR LUTTER CONTRE LA CRISE CLIMATIQUE »

Thomas Waitz, co-président du Parti vert européen, membre du Parlement européen

Le Green New Deal

La PAC a également été accusée de ne pas respecter les normes fixées par le New Green Deal, à la fois parce qu’elle ne dispose pas d’un plan suffisant pour lutter contre le changement climatique et parce que la protection de la biodiversité est menacée par l’expansion de l’agriculture. En 2010, la Commission européenne s’était fixé pour objectif de restaurer au moins 15 % des écosystèmes dégradés d’ici 2020, mais cet objectif n’a pas été atteint et l’industrie agricole s’est intensifiée sur tout le continent. Le député européen irlandais Ciaran Cuffe a déclaré à Global Green News que « la Cour des comptes européenne a constaté que la PAC a contribué à une perte significative de la biodiversité dans l’UE ». La Cour des comptes européenne a constaté que la nouvelle PAC proposée, bien qu’elle semble cibler la perte de biodiversité, présentait également des lacunes dans sa stratégie en matière de biodiversité.

Selon le site des Verts européens, « l’agriculture est au carrefour des défis que le GND vise à relever et au cœur de la transformation écologique que nos sociétés doivent subir ». M. Cuffe a déclaré : « Nous voulons une PAC qui fonctionne en accord avec le Green Deal de l’UE. Il n’y a pas de temps à perdre dans la lutte contre le changement climatique. Si nous voulons que l’UE soit neutre en carbone, il faut que l’une des politiques fondamentales de l’UE soutienne cet objectif et ne le compromette pas activement ».

Les fermiers dans l’UE

Les Verts européens ont tenté de sensibiliser le grand public à ce pour quoi ils font exactement campagne. Thomas Waitz estime que des années de fausses informations sur le Parti Vert de la part des conservateurs ont rendu les fermiers européens sceptiques quant à l’écologisation de la PAC. Waitz déclare : « Après 30 ans de propagande de la part des conservateurs… nous sommes toujours les « ennemis ». Nous voulons augmenter le bien-être des animaux, nous pensons que la réduction de la viande dans vos habitudes de consommation est une bonne idée, nous ne voulons pas qu’ils utilisent du glyphosate… il y a beaucoup de sujets où le secteur agricole est très critique envers les Verts ».

Malgré cette propagande des conservateurs, Waitz pense que les choses commencent à changer : « Le discours a beaucoup changé car une grande partie de la communauté agricole a compris que nous pouvons aussi être des alliés. En particulier les petites et moyennes exploitations agricoles nous ont reconnus comme de vrais partisans ».

Un espoir naissant

Bien que la nouvelle PAC soit toujours en voie d’être intégrée au budget de l’UE pour 2021-2028, il reste encore beaucoup à faire avant sa mise en œuvre. Plus de 200 organisations de la société civile ont écrit des lettres à la présidente de la Commission, M. von der Leyen, et des milliers ont protesté en ligne contre la nouvelle PAC. Selon Thomas Waitz, la présidente von der Leyen a déclaré que bien qu’elle ne retirera pas la PAC, elle convient qu’il faut apporter des améliorations pour mieux aligner la PAC sur le Green New Deal, et qu’elle fera tout son possible pour s’en accommoder, et demandera aux Verts européens de la soutenir.

« Nouvelle sur #WithdrawTheCAP. Grâce à vous tous qui nous ont aidé en commandant une nouvelle politique agricole commune.
Même que la Commission européene ne retira pas le PAC, Présidente von der Leyen est d’accord avec nous sur l’importance du Green New Deal, et elle promet de le corriger. »

Ce faisant, M. Waitz soutient que la prochaine étape sera pour les Verts de profiter de cette rare occasion pour faire passer le message à M. von der Leyen : « Corrigez la PAC ».

SOURCES:

https://ec.europa.eu/info/food-farming-fisheries/key-policies/common-agricultural-policy/future-cap_en#:~:text=On%201%20June%202018%2C%20the,production%20of%20high%2Dquality%20food.

https://europeangreens.eu/news/agricultural-dimension-green-new-deal-0

Joshua Allan

Joshua Allan est originaire de Beamsville, en Ontario, et a obtenu son diplôme de l'université Bishop's en juin 2020, après avoir étudié les langues étrangères et la politique. Son activité politique au sein de sa communauté comprend la défense des droits environnementaux lors de la marche des Vendredis du Futur à Sherbrooke, QC, en octobre 2019. Il s'intéresse notamment à la politique canadienne et internationale, à la politique environnementale et aux droits des autochtones.

More Posts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here