Comme le rapporte The Economist, certains militants en Allemagne semblent « manquer de patience » avec le Parti des verts allemands (Bündnis 90/Die Grünen) sur plusieurs questions – dont le déboisement pour la construction d’autoroutes à travers le pays est en tête de liste (https://www.economist.com/europe/2020/11/21/some-activists-are-running-out-of-patience-with-germanys-green-party). Les militants écologistes sont particulièrement préoccupés par l’extension de l’autoroute A49 à travers le Dannenröder, une réserve forestière et aquatique dans le sud de la Hesse. Le prolongement de l’autoroute A49 menace en effet d’éroder l’écosystème et la biodiversité de la forêt par la fragmentation, en décomposant et en isolant les habitats.

Le Land allemand de Hesse est particulièrement riche en forêts. Environ 895 000 hectares du territoire de la Hesse, soit 42 % du Land, sont couverts de forêts, dont 40 % appartiennent à l’État (https://english.hessen.de/citizens/environment-nature/forest-nature-experience). L’extension de l’autoroute A49 a manifestement suscité de nombreuses critiques environnementales, en particulier de la part de Greenpeace Deutschland, car le projet menace la santé et l’intégrité de la forêt mixte de Dannenröder, qui abrite des hêtres et des chênes vieux de 300 ans.

La saison d’exploitation forestière a officiellement commencé il y a quelques semaines en Allemagne – ce qui a incité de nombreux écologistes et militants des Verts à occuper des forêts menacées, comme celle du Dannenröder, afin de protester contre le défrichement aveugle, la perte écologique et l’extension « inutile » des autoroutes.

Ci-dessus – Des militants de Greenpeace protestent contre le déboisement pour la construction d’une autoroute près de la forêt de Dannenröder.

Le géant international de l’environnement Greenpeace s’est particulièrement exprimé contre la construction de nouvelles autoroutes en Allemagne au détriment de l’environnement, surtout en période de crise climatique et d’extinction massive. Dans sa dernière tentative pour faire la lumière sur l’état alarmant de la déforestation dans la forêt de Dannenröder, l’ONG environnementale a accusé le gouvernement allemand, à travers de nombreuses plateformes de médias sociaux, d' »expulser les gens de la forêt, couper les arbres, mettre en péril une réserve d’eau locale et fournir un terrain de jeu pour la pollution et le changement climatique ». (https://social.digital-activist.org/p/dannibleibt?utm_medium=social&utm_source=linktree&utm_campaign=defend+the+dannenröder+forest)

Bien que les Verts allemands se soient joints aux appels à l’arrêt immédiat de la construction de l’A49 et aient également exigé publiquement des changements fondamentaux dans la politique des transports, leurs appels à l’action ont été dispersés et largement inefficaces. Le Parti a, comme on pouvait s’y attendre, rencontré un mécontentement partisan croissant en conséquence.

En effet, les tensions continuent de croître entre les militants et le Parti des verts allemands, en grande partie parce que dans 11 des 16 États du pays, les Verts allemands font en fait partie de coalitions au pouvoir qui semblent rester au pouvoir au détriment de l’action verte. Selon The Economist, de nombreux Verts allemands ont récemment « été frustrés par un parti qu’ils considèrent comme insuffisamment engagé à respecter les engagements de l’Allemagne en matière de climat ». Malgré les tentatives des initiés du Parti de minimiser les critiques en affirmant que les jeunes militants ont une mauvaise conception des concessions mutuelles de la démocratie et de la nécessité d’un compromis, le mécontentement à l’égard du Bündnis 90 continue de s’accumuler.

Bündnis 90/Die Grünen a été fondée en Allemagne de l’Ouest en 1990 avec une plate-forme strictement environnementaliste et pacifiste. Aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé et bien que le Parti vert allemand reste un parti d’opposition, on dit qu’il est devenu de plus en plus conservateur.

Selon un article publié la semaine dernière sur Deutsche Welle (DW), les Verts allemands auraient « assoupli leur position » sur un certain nombre de questions dans leur dernier manifeste, et auraient également dilué les politiques relatives à l’une des questions centrales du parti : le climat de notre planète. En particulier, DW souligne que les Verts allemands ont récemment exprimé leur accord pour voir le climat de la Terre se réchauffer de 2 degrés Celsius au lieu des 1,5 degrés plus ambitieux demandés par le mouvement « Fridays for the Future ». (https://www.dw.com/en/german-green-party-goes-mainstream/a-55702152).

Avec les prochaines élections générales qui se profilent à l’horizon, les Verts allemands sont confrontés à plusieurs fronts ouverts. Le premier concerne le mécontentement croissant des partisans et les critiques environnementales concernant le manque d’action des Verts au sein du gouvernement, en particulier alors que le déboisement pour la construction d’autoroutes se développe de manière incontrôlée. Le second concerne l’engagement d’Annalena Baerbock ou de Robert Habeck à la tête du parti avant les élections générales de septembre 2021. Actuellement, Baerbock et Habeck sont tous deux co-dirigeants du parti, mais avant les élections, Bündnis 90/Die Grünen devra s’engager sur l’un des deux. Alors que Robert Habeck est, selon DW, plus connu et plus populaire au sein du Parti, Annalena Baerbock est, selon le Guardian, devenue une « politicienne tout aussi prolifique », ayant en fait recueilli plus de voix parmi la base du Parti lorsque les deux ont été réélus comme co-chefs du Parti en novembre.

À propos des co-dirigeants du parti

Annalena Baerbock, co-dirigeant, Parti des verts d’Allemagne

Annalena Baerbock a rejoint le Bündnis 90/Die Grünen en 2005 et en est devenue la présidente dans le Brandebourg de 2009 à 2013. Parallèlement, elle a été porte-parole du groupe de travail du Parti sur les affaires européennes et a été membre du conseil d’administration du Parti vert européen de 2009 à 2012. Fin 2012, elle a été élue membre du conseil du Parti vert et en 2013, elle est devenue membre du Bundestag allemand.

En tant que membre du Parlement pour son deuxième mandat (2017-2021), Mme Baerbock s’est concentrée sur la pauvreté des enfants, les garderies et les parents isolés ainsi que sur les politiques énergétiques et climatiques. Elle est membre adjointe de la commission de la famille, des personnes âgées, des femmes et de la jeunesse ainsi que de la commission des affaires économiques et de l’énergie.

Dans le Land de Brandebourg, où elle vit, elle se bat pour que le gouvernement du Land ouvre les yeux sur les conséquences catastrophiques de l’exploitation du lignite. Se décrivant comme « une Européenne passionnée », elle s’efforce également de contribuer à combler le fossé entre les riches et les pauvres en Allemagne, en Europe et dans le monde entier. En tant que présidente des Verts allemands depuis janvier 2018, elle s’efforce de renforcer encore les politiques vertes en Allemagne et dans l’Union européenne. (https://www.annalena-baerbock.de/welcome_english/)

Robert Habeck, co-dirigeant du Parti des verts d’Allemagne

Quant à Robert Habeck, connu pour son amour de la poésie, il a été élu au Parlement du Land de Schleswig-Holstein sur la liste de son parti et, deux ans plus tard, il a été élu premier candidat de son parti pour les élections de 2012 dans le Schleswig-Holstein. Personnalité très populaire au sein du Parti vert allemand, Habeck a également été délégué du Parti vert à la convention fédérale pour l’élection du président de l’Allemagne en 2012.

En 2017, Habeck s’est présenté pour devenir l’un des deux principaux candidats des Verts allemands avant les élections fédérales de 2017, mais il a perdu par 75 voix contre Cem Özdemir. Néanmoins, sous son influence, le Parti vert allemand est devenu le troisième groupe le plus important au Landtag (Parlement du Land) après les élections de 2017.

Peu enclin à se décrire comme un centriste, il soutient que les Verts doivent être « au cœur de la société » et s’efforce de faire adopter le courant dominant Bündnis 90/Die Grünen (https://www.politico.eu/list/politico-28-class-of-2020-ranking/robert-habeck/). Pour beaucoup, Robert Habeck a joué un rôle clé dans l’élargissement de l’attrait du Parti vert allemand pour les électeurs de tout le pays, et pourrait très bien devenir le premier Chancelier Vert d’Allemagne.

L’avenir de Bündnis 90/Die Grünen est incertain, mais une chose est claire : en dépit des critiques et des tensions croissantes, les Verts allemands attendent les prochaines élections générales avec beaucoup d’espoir.

Natalia Ortiz Peñate

Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

More Posts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here