Le Parti vert du Texas (GPTX) a ouvert sa lettre d’information de novembre en remerciant vivement ceux qui ont voté pour les Verts lors des élections présidentielles américaines du mois dernier. Réfléchissant sur le changement imminent de gouvernement à la Maison Blanche américaine en faveur des démocrates, les Verts texans ont réfléchi à l’idée que la catastrophe climatique continue de représenter une menace pour l’humanité et ont regretté la “poursuite à courte vue de l’Amérique pour sauvegarder le statu quo”. (https://www.gp.org/november_newsletter_post_election_edition)

Célébrant les plus de 128 000 électeurs de l’État du Texas qui ont défendu un programme vert lors des élections présidentielles américaines de novembre 2020, les Verts texans ont observé, dans un esprit d’espoir, que le public semble effectivement “réceptif” au message vert et à la campagne active.

En présentant une courte liste de ce que le GPTX a accompli cette année, les Verts texans ont souligné leur succès en soutenant les candidats verts avec un graphique de groupe qui a été utilisé pour les médias sociaux et la signalisation.

Plus important encore, dans l’édition post-électorale de son bulletin de novembre, le Parti vert du Texas a surtout célébré le maintien de l’accès aux urnes jusqu’en 2026, notant qu’”en laissant la porte ouverte aux candidats progressistes pour qu’ils puissent accéder au scrutin sans avoir à participer à une primaire démocrate bondée”, les Verts texans agissent effectivement comme “un point de pression pour faire entrer les questions dans le débat public”.

Regardant l’avenir avec de grands espoirs, le Parti des Verts texans a clôturé sa lettre d’information de novembre par un appel aux Texans pour qu’ils aident le Parti à s’améliorer en promouvant l’effort de recrutement des candidats du Parti tout au long de 2021. Reconnaissant que l’implication des électeurs est la clé du succès du Parti, les Verts Texans encouragent les personnes intéressées à assister aux réunions mensuelles “Eco Social” par Zoom du parti pour se connecter et discuter avec d’autres Verts. Pour plus d’informations sur la manière de s’impliquer avec les Verts texans, veuillez consulter leur site web (http://www.txgreens.org/join).

Perturbations de l’accès aux urnes en dehors du Texas

Les autres Partis verts des États-Unis n’ont pas eu grand-chose à célébrer en comparaison du GPTX, car un certain nombre d’entre eux ont été confrontés à des difficultés sans précédent concernant l’accès aux bulletins de vote lors de l’élection présidentielle du mois dernier. Le cas du Parti Vert de New York (GPNY) est particulièrement grave, en raison de l’adoption d’une loi très contestable par le corps législatif de l’État de New York qui a plus que doublé le seuil d’accès aux urnes et triplé les exigences de signature des pétitions pour les partis de l’État. (https://ballot-access.org/2020/04/02/new-york-state-legislature-again-passes-restrictive-changes-to-ballot-access-laws)

Le 1er avril, la législature de l’État de New York a adopté une série de modifications très restrictives des lois sur l’accès au scrutin qui avaient été invalidées le mois précédent par une Cour suprême de l’État. Cette décision sans précédent de la législature de l’État de New York a été considérée par beaucoup, y compris par plusieurs Partis verts et indépendants, comme ouvertement “antidémocratique”. (https://www.gp.org/green_party_fights_on)

Depuis 1936, les Partis politiques mineurs de New York doivent obtenir 50 000 voix pour leur candidat au poste de gouverneur tous les quatre ans afin d’obtenir et de conserver leur statut de candidat. Le GPNY a obtenu le statut de Parti politique en 2010 et l’a maintenu depuis. Toutefois, suite à la décision du législateur de l’État, l’obligation d’obtenir et de maintenir l’accès au scrutin a été portée de 50 000 à 130 000 voix tous les deux ans au lieu de tous les quatre ans. Comme l’a vu le Parti vert de Caroline du Nord (GPNC), cette nouvelle loi visait “spécifiquement à faire tomber le Parti vert du scrutin lors des futures élections locales et fédérales”.

En fait, la jurisprudence établit clairement que les États ne peuvent pas augmenter le nombre de signatures requises pour accéder aux bulletins de vote au cours d’une année électorale. Les Verts de New York n’ont pas atteint le nouveau seuil requis pour conserver l’accès au vote dans l’État de New York en raison de cette nouvelle loi, ce qui a incité les Verts de New York à s’associer au Parti libertaire de New York (LPNY) afin d’intenter un procès fédéral dans le district sud de New York pour invalider les dispositions restrictives d’accès au vote qui ont perturbé le déroulement des élections présidentielles américaines de novembre 2020 pour de nombreux électeurs verts et indépendants. Les Verts de New York ont également demandé une injonction pour arrêter tout changement de statut de leur parti jusqu’à ce que la plainte soit réglée. (http://www.gpny.org/green_party_and_libertarian_party_file_joint_lawsuit_fighting_ballot_access_restrictions)

En outre, la crise de Covid-19 a également compliqué l’accès au vote pour de nombreux électeurs verts à travers les États-Unis, comme le soutiennent à nouveau les Verts de Caroline du Nord, étant donné que les directives de santé publique mises en place pour freiner la propagation de Covid-19 à travers le pays “ont grandement compliqué les pétitions”, ce qui aurait contribué à la perte des lignes de vote vertes à l’échelle nationale.

Natalia Ortiz Peñate

Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

More Posts

Previous article« Higgs a misé sur le mauvais cheval » : Le chef du Parti Vert du Nouveau-Brunswick sur l’énergie nucléaire
Next articleLes tensions engloutissent le Parti vert Allemand
Née et élevée à Madrid, en Espagne, Natalia a déménagé au Canada à l'adolescence pour poursuivre une éducation plus diversifiée et un avenir plus prometteur. Basée à Montréal depuis l'automne 2016, elle est aujourd'hui une fière diplômée de l'Université McGill, titulaire d'un baccalauréat en sciences politiques et en études du développement international. Au cours de ses études de premier cycle à McGill, elle a développé une passion pour la défense des droits de l'homme et le développement durable. En raison de sa formation en sciences politiques, elle s'intéresse tout autant aux notions de gouvernance mondiale et de diplomatie, et a développé un intérêt particulier pour les domaines de la protection des droits de l'homme, de la lutte contre la pauvreté et du développement international, le tout dans le cadre de la durabilité. Dans un avenir proche, elle aspire à poursuivre ses études et à s'impliquer professionnellement dans la politique mondiale et les affaires internationales afin de contribuer à apporter le changement qu'elle souhaite voir dans le monde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here